Marche pour le climat: les politiques présents, mais pointés du doigt

Marche pour le climat: les politiques présents, mais pointés du doigt
Marche pour le climat: les politiques présents, mais pointés du doigt - © Tous droits réservés

Une pointe d’ironie au milieu de la manifestation " Claim the Climate " qui a lieu en ce moment à Bruxelles : tous les partis politiques traditionnels sont représentés dans une manifestation qui, pourtant, dénonce l’immobilité des gouvernements fédéral et régionaux en matière de climat.  

Tous les partis sont venus au chevet du climat avec stands et banderoles. Qu’ils soient dans l’opposition ou dans la majorité, on les a croisés à la gare du Nord ou plus loin dans le cortège. Pourquoi sont-ils là ? Parce qu’il y a urgence, nous disent-ils.

Ecolo

Mais, les militants de la première heure, les Ecolo, se sentent-ils dépossédés de la cause climatique ? "Non, la question n’est pas là. L’enjeu, c’est sauver notre humanité et il ne nous reste plus beaucoup de temps pour le faire ", a déclaré Zakia Khattabi, co-présidente d’Ecolo.

"Cette mobilisation ne vise pas à faire gagner un parti, elle vise à faire en sorte qu’on donne un avenir aux générations futures", a-t-elle ajouté.

cdH

Pour la ministre bruxelloise de l’environnement, Céline Fremault (cdH), "Ecolo n’a pas le monopole de la défense de l’environnement."

Elle a déclaré : "Ce qui est essentiel, c’est que chacun des partis puissent inscrire dans son action politique, en matière d’environnement, de mobilité, de fiscalité, d’aménagement du territoire, une série de principes qui feront une Belgique durable."

PS

Pour Paul Magnette, bourgmestre de Charleroi (PS), "On ne peut pas faire payer la transition écologique à ceux qui ont les plus bas revenus. Hors, ce sont eux eux qui sont les plus exposés au bruit, à la pollution. Ce sont eux aussi qui sont obligés de prendre leur véhicule parce qu’ils ont des horaires difficiles." 

Il a ajouté: "Quand on a un gouvernement qui désinvestit 3 milliards dans la SCNB, forcément, on peut pas demander [à ces plus faibles] de prendre le train."

... et MR

Ministre fédérale du climat, la MR Marie-Christine Marghem estimait aussi que "sa place est ici et nulle part ailleurs ".

Mais sa venue a été décriée sur les réseaux sociaux. Beaucoup se sont indignés de sa présence et de l'attitude du fédéral alors qu’il semblerait, selon les dernières projections, que la Belgique ne parviendra pas à rencontrer ses engagements environnementaux à l’horizon 2030.

"L’institutionnel en Belgique a montré ses limites. Nous avons beaucoup de mal, parfois, à égaliser les quatre pouvoirs [des trois régions et du fédéral] sur une même direction forte. La Belgique est tout à fait capable [de réaliser ses engagements en faveur du climat] si elle en a la volonté et elle doit l’exprimer fortement dans le même sens, avec les trois Régions et le fédéral", a-t-elle déclaré.

Retrouvez le live de Rachel Crivellaro en direct de la manifestation durant le 13h

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK