Manu Disabato (Ecolo): "L'écologie est l'avenir de l'économie"

Interrogé par Bertrand Henne, le chef de groupe Ecolo au parlement wallon Manu Disabato défend le régime transitoire de certificats verts qui a été décidé jeudi par le gouvernement : il fallait combler le "vide" entre le régime actuel et le futur système "Qualiwatt", explique-t-il. Lorsque "Qualiwatt" sera mis en place dans quelques semaines "il y aura un vrai retour sur investissement suivant le type de revenus : les 20% qui ont le plus de moyens auront en 9 ans un retour sur investissement de l’ordre de 4% ; les revenus moyens auront en 8 ans un retour sur investissement de 5% ; les 20% de la population qui ont les revenus les plus faibles auront en 7 ans un retour sur investissement de 7%. Moins on a de moyens, plus vite on relativise l’investissement".

Manu Disabato ne craint de hausse de chômage dans le secteur du photovoltaïque dans l’attente du nouveau régime : les installateurs ont encore aujourd’hui un carnet de commandes plein pour les trois mois qui viennent, dit-il.

Problème de communication

Pour les Wallons qui avaient déjà installé des panneaux photovoltaïques, le prix actuel des certificats verts n’est plus garanti comme prévu initialement : il fallait absolument éviter aux 1,3 million de ménages qui n’ont pas de panneaux sur leurs toits de payer le surcoût, explique le député wallon. Manu Disabato reconnaît qu’il y a "eu un petit problème de communication au niveau du gouvernement wallon, mais aujourd’hui on peut vraiment rassurer les gens sur le fait que le prix de 65 euros par certificat vert est garanti jusqu’au remboursement".

Interrogé dans Le Vif, le ministre-président wallon Rudy Demotte déclare que, pour lui, "la priorité c’est l’économique, pas l’environnement", autrement dit, dans un désert économique il n’y a aucune politique environnementale possible. Pour Manu Disabato "une vision moderne est que l’écologie est l’avenir de l’économie. Dans le plan Marshall 2.Vert de la déclaration de politique régionale, nous misons sur l’économie et l’écologie, avec des secteurs qui sont porteurs pour l’avenir. Même Agoria le dit : il y a une série de filières d’avenir pour amener la société vers la transition écologique de l’économie. Si on prend les bonnes décisions on pourra créer jusqu’à 3500 emplois d’ici à 2020 dans le secteur des énergies renouvelables selon la fédération des industries technologiques".

A.L. avec B.Henne

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK