Manifestation nationale: 50 000 personnes sont attendues dans les rues de Bruxelles

50 000 personnes sont attendues dans les rues de Bruxelles ce vendredi matin pour une manifestation nationalee:
2 images
50 000 personnes sont attendues dans les rues de Bruxelles ce vendredi matin pour une manifestation nationalee: - © BAS BOGAERTS - EPA

Les syndicats attendent plus de 50 000 personnes dans les rues de la capitale, pour dire non au budget 2012. La manifestation nationale est organisée par les trois syndicats : CSC, FGTB et CGSLB, tous secteurs confondus.

Suivez la manifestation en direct

Après s'être rassemblés à la gare du Nord, les manifestants iront vers la gare du Midi. Les syndicats estiment que le chiffre de 50 000 manifestants sera largement dépassé. 

Le cortège traversera Bruxelles ce vendredi matin entre le Nord et le Midi par les boulevards du centre. Les syndicats veulent faire entendre leur voix contre les mesures budgétaires adoptées par les six partis qui devront former la semaine prochaine le nouveau gouvernement.

Les trois syndicats dénoncent le déséquilibre dans les mesures. Sans remettre en cause la nécessité d'un effort à réaliser, c'est la répartition de cet effort qui pose problème et la liste est longue : prépensions, stage d'attente plus long pour les allocations de chômage pour les jeunes, dégressivité des allocations de chômage, démantèlement de l'emploi dans la fonction publique, économie dans les soins de santé, etc.

Ce sont  les travailleurs, les allocataires sociaux qui payeront le plus lourd tribu, disent les syndicats. Ceux-ci espèrent pouvoir infléchir les mesures et l'idée d'une grève générale n'est pas du tout écartée. 
 
Cette manifestation nationale est aussi le reflet d'un mécontentement beaucoup plus large qui couve depuis des mois, depuis l'échec des négociations sociales en janvier dernier, et notamment le gel des augmentations de salaires. Un échec qui avait un peu plus plombé encore la concertation sociale à la belge. Les déclarations patronales de ces derniers jours, condamnant fermement la manifestation, n'ont pas vraiment apaisé les choses. 

C.B. avec M.-P. Jeunehomme 


Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir