Rencontre Close-Wilmes après la manifestation antiracisme : le CNS devra donner des "perspectives" quant à l'expression publique

Le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close était convoqué ce mardi matin par la Première ministre Sophie Wilmès pour évoquer la manifestation en hommage à George Floyd qui a eu lieu dimanche.

A sa sortie du 16 rue de la Loi, le bourgmestre bruxellois n’a pas donné davantage de détails sur le contenu de la discussion, répondant cependant que "non", la Première ministre n’était pas en colère.

On sait juste, via un communiqué commun publié après la rencontre, que "si les causes défendues par les organisateurs - à savoir la lutte contre le racisme et toute forme de violence – n’ont jamais été remises en cause, la tenue de l’événement – dans sa forme et dans son déroulé – contrevient aux directives déterminées par le Conseil National de Sécurité élargi aux ministre-présidents et en concertation avec les experts du GEES".

"Lors de cette réunion, il a été rappelé que la Belgique reste en situation de crise sanitaire et que la sauvegarde de la santé des citoyens doit avant tout rester la priorité", note le communiqué.

Le communiqué précise enfin qu' "au même titre que le Conseil National de Sécurité s’est penché sur la reprise de différentes activités sociales, culturelles, économiques, il définira prochainement des perspectives pour l’ensemble du pays en ce qui concerne l’expression publique afin d’allier la liberté d’expression aux impératifs sanitaires et la gestion de l’ordre public ".

Une manifestation qui a suscité de nombreuses réactions

La manifestation de dimanche en hommage à George Floyd, place Poelaert à Bruxelles, a été autorisée par le bourgmestre. Elle a suscité la polémique en raison du grand nombre de personnes présentes, dans le contexte actuel de crise sanitaire.

Certains syndicats de police se sont par ailleurs insurgés des violences dont ont fait l’objet les forces de l’ordre à l’issue du rassemblement et mis en cause Philippe Close.

Le chef de corps de la zone de Bruxelles-Capitale-Ixelles a lui pris la défense du bourgmestre, indiquant lundi via Twitter qu’il "démentait fermement" que Philippe Close ait "donné l’ordre de ne pas intervenir ou de le faire tardivement". "La décision d’intervenir, la manière de le faire et l’exécution des ordres reviennent au commandement dont en tant que chef de corps je porte l’entière responsabilité", a précisé M. Goovaerts.

Manifestation contre le racisme à Bruxelles : de nombreux dégâts à déplorer (JT 08/06/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK