Manifestation du Front commun des SDF à Bruxelles: "Le système de l'adresse de référence n'est pas réaliste"

Manifestation du Front Commun des SDF
Manifestation du Front Commun des SDF - © KRISTOF VAN ACCOM - BELGA

Ce jeudi matin, une manifestation de sans-abris et des organisations qui les défendent a lieu près de la Tour des Finances à Bruxelles. Ils manifestent contre l’Etat belge, qui veut proposer son modèle d’aide aux sans-abri à l’Europe : le système de l’adresse de référence. Cette adresse permet à la personne sans domicile fixe de bénéficier de sa sécurité sociale, mais est de plus en plus compliquée à obtenir. 

Selon le Front Commun des SDF, ce modèle n’est pas réaliste. "Ce que la Belgique veut présenter à l’Europe est faux. Oui les personnes sans domicile peuvent avoir des droits, mais c’est excessivement difficile de les avoir et bien souvent ça ne fonctionne pas. Bien souvent, pour l’adresse de référence, il y a de plus en plus d’obstacles, à cause de l’autonomie des CPAS. Ce que nous voulons proposer c’est que les droits économiques et sociaux ne soient plus liés à la carte d’identité ni à la domiciliation, mais au registre national", explique Jean Peeters, représentant du Front commun des SDF.

Une personne sans adresse en Belgique elle n’est plus rien

Et sur le terrain, on s’accorde à dire que c’est un parcours du combattant, comme le précise José Parades, bénévole au front commun. Il aide depuis 20 ans les sans-abris à obtenir un logement. "Je suis moi-même en adresse de référence. Dans 30% des CPAS ils mettent des bâtons dans les roues, ça peut traîner des mois pour avoir une adresse de référence. Et une personne sans adresse en Belgique, elle n’est plus rien : la mutuelle, le chômage, la pension, tout est lié à une adresse."

Le Front Commun Wallonie-Bruxelles-Flandre déplore aussi la définition européenne de SDF. "Ne sont des sans-abris que celles et ceux qui sont à la rue, ce qui ne comprend pas ceux qui se trouvent dans un squat, dans un abri de jardin ou hébergés provisoirement chez des amis. Bien des CPAS refusent de donne une adresse de référence en disant : vous n’êtes pas sans abri. Nous demandons que ce terme soit remplacé par "habitant de rue"."

A Bruxelles, plus de 4500 personnes sont sans-abris, mais en Wallonie, il n’y a aucun recensement officiel.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK