Manifestation contre les violences machistes: 38 femmes tuées en Belgique en 2017

Une marche contre les féminicides à Paris en 2014
Une marche contre les féminicides à Paris en 2014 - © FRANCOIS GUILLOT - AFP

A l'approche de la manifestation nationale de samedi à Bruxelles contre les violences faites aux femmes, les associations féministes fédérées par la plate-forme Mirabal Belgium ont mis en lumière jeudi les 38 femmes tuées en 2017 en Belgique à cause de violences machistes.

Faute de statistiques officielles, les associations se limitent à recenser les féminicides relayés en ligne par la presse. A travers les profils divers de ces femmes tuées parce qu'elles sont femmes, les associations relèvent les manques d'implication au niveau policier, judiciaire et politique, responsables de la répétition régulière de ces drames sexistes au sein de la société. Toutes les cultures et tous les âges sont concernés.

Ces féminicides ne sont pas toujours le fait d'un conjoint violent. En octobre, Louise (24 ans) a été poignardée et étranglée dans son kot à Liège par son voisin, sous surveillance électronique et déjà condamné plusieurs fois pour viol. La police avait écrit une fiche d'information, mais n'avait pas dressé de procès-verbal. L'inspecteur a été suspendu.

"La diversité des profils montre que toutes les femmes pourraient être tuées par des violences machistes", souligne Céline Caudron, coordinatrice nationale à Vie féminine. "Derrière ces conclusions horribles des violences machistes, il y a aussi des femmes qui, au quotidien, vivent dans la peur et la honte. Si elles n'en meurent pas, elles survivent dans des situations inacceptables".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK