Manger à l’intérieur au resto, les vacances et les festivals : voici ce qui est sur la table du comité de concertation de ce vendredi

Un nouveau Comité de concertation se tiendra ce vendredi, à 14 heures. Initialement prévu le vendredi 27 mai, il avait été reporté d’une semaine. Les différents gouvernements du pays ont du pain sur la planche : le 9 juin est la date qui a été retenue pour des assouplissements dans le secteur Horeca. Au menu du jour il y aura également les voyages à l’étranger et les assouplissements prévus pour l’été.

Horeca, bar et cafés devraient accueillir les clients à l’intérieur

Les cafés et les restaurants pourront à nouveau accueillir des clients à l’intérieur dès le 9 juin. Cette mesure était, en principe, conditionnée à une bonne évolution des chiffres de l’épidémie, principalement une diminution du nombre de personnes hospitalisées en raison du Covid-19 dans les unités de soins intensifs. Une diminution qui semblait déjà se confirmer ce jeudi 3 juin, quand l’on comptait 377 patients en soins intensifs dans les hôpitaux belges soignés pour le Covid-19, en nette baisse par rapport à la semaine passée.

Si la réouverture de l'horeca à l'intérieur est actée, il faut savoir que des règles strictes ont été confirmées par arrêté ministériel, notamment la règle de 4 personnes par table et une distance d’1,5 m entre les convives de tables différentes. Les heures de fermeture des salles de café et restaurant ont aussi été fixées à 22 heures. Un protocole a été établi. Tout cela devrait être validé et confirmé ce vendredi. Certains points peuvent toujours faire l’objet de modifications. Par exemple, au niveau flamand,  le gouvernement flamand souhaite uniformiser l'heure de fermeture de l'horeca pour l'intérieur et l'extérieur.


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique : les métiers du sport ont été plus touchés que le secteur de la santé lors de la deuxième vague, selon une étude


Le sport et la culture, que va-t-il se passer ?

Les secteurs sportifs et culturels ont aussi bénéficié, lors du Comité de concertation précédent, de mesures d’assouplissements qui doivent entrer en vigueur prochainement. Ce vendredi, ces mesures devraient être actées.

D’autres secteurs, pour lesquels des assouplissements sont attendus pour l’été, par exemple les festivals et autres grands événements, sont aussi toujours en attente de précisions, notamment quant au nombre de personnes autorisées. Par ailleurs, certains festivals en Wallonie et en Flandre ont déjà été reportés.


►►► À lire aussi : Ne dites plus "britannique" mais alpha : l’OMS rebaptise les variants du SARS-CoV-2, jugés trop stigmatisants


 

Voyages à l’étranger : on pourra réserver en connaissance de cause

Mais l’un des gros dossiers sur la table concerne nos vacances d’été : en effet, le comité de concertation va discuter des conditions dans lesquelles les Belges pourront voyager cet été. On le sait, les frontières ont rouvert en avril et grâce à la vaccination et aux confinements précédents, dans certains pays, on pourra même voyager sans faire de quarantaine au retour.

En ce sens, plusieurs questions se posent : à quelles conditions les Belges pourront-ils voyager et surtout, qu’attendra-t-on d’eux à leur retour ? Quelles seront les règles en fonction des destinations de séjour ? Faudra-t-il respecter une quarantaine ? Si oui, dans quels cas ? Devra-t-on se faire tester au retour ?

Le premier élément de réponse concerne le Corona pass européen, qui contient les balises principales pour voyager au sein des pays membres de l’Union européenne. Il devrait entrer en vigueur le 1er juillet et devrait se présenter sur une forme numérique ou papier : il comprendra le certificat de vaccination, le certificat de test covid négatif (PCR daté de moins de 72 heures ou antigénique effectué moins de 24 heures auparavant) et/ou un certificat qui prouve que vous avez développé des anticorps au coronavirus. En principe, grâce à ce pass, vous ne devrez pas effectuer de quarantaine au retour. Attention, toutefois: chaque Etat membre peut adopter des restrictions, bien que celles-ci doivent être justifiées.


►►► À lire aussi : Un voyage prévu en juin, juillet ou août ? Quelles démarches ? Vacciné ou pas, ça change quoi ? Les réponses aux questions que vous vous posez


Et quid des vaccinés : suis-je considéré comme vacciné si j’ai reçu une seule dose de vaccin avant mon départ en vacances ? Voici l’une des questions que la Belgique doit encore trancher.

Aujourd’hui, interrogé à ce sujet à la Chambre, le Premier ministre Alexander De Croo a confirmé les principes du Corona Pass européen affirmant aussi que "les voyageurs devront respecter les règles des pays dans lequel ils se rendent".

Par rapport à la vaccination, "notre position a toujours été qu’une vaccination complète ou un test PCR ont la même valeur", a-t-il précisé, affirmant que l’objectif était celui de "rendre les voyages les plus flexibles possible".

Il a également aussi ajouté qu’il faudrait, en principe, qu’une vaccination complète permette d’éviter les tests PCR et la quarantaine au retour d’une zone rouge.

Les tests PCR seront-ils remboursés ?

Autre question à trancher : quelle politique la Belgique adoptera-t-elle en matière de tests PCR pour les Belges qui souhaitent se rendre à l’étranger ? Plusieurs scénarios ont été évoqués ces derniers jours, notamment par rapport à des remboursements sous conditions.

Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke a récemment plaidé pour un test gratuit pour les personnes qui n’auront pas pu être vaccinées.

Alexander De Croo allait dans le même sens ce jeudi à la chambre : "Pour ceux qui n’ont pas eu l’occasion de se faire vacciner, le gouvernement examinera la possibilité d’offrir deux tests gratuits", aux Belges qui partent à l’étrange. Mais, encore une fois, cela doit être discuté en Comité de concertation.


►►► À lire aussi : Voyages à l'étranger: voici les nouvelles destinations pour lesquelles il ne faudra pas faire de quarantaine au retour


De bonnes surprises en vue ?

En principe, rien d’autre ne devrait être discuté. Pourtant, certains ministres se sont exprimés en faveur de quelques assouplissements supplémentaires. C’était notamment le cas du ministre fédéral des Indépendants, David Clarinval, pour l’horeca, le commerce et les activités foraines.

Le ministre-président wallon Elio Di Rupo voudrait quant à lui autoriser les hôtels à servir un petit-déjeuner à partir de 6 heures, rapportaient plusieurs médias.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK