Malines: des caméras sur la poitrine des policiers pour les protéger

Des caméras sur la poitrine pour protéger la police
Des caméras sur la poitrine pour protéger la police - © DRIES LUYTEN (belga)

Plusieurs interventions ont dégénéré et des policiers ont été blessés. A Malines, la zone de police a décidé de prendre le taureau par les cornes: elle a acheté 80 mini-caméras à placer sur le torse des policiers.

L'idée? Des images pourraient protéger le policier de certaines plaintes non-fondées de citoyens.

Suite à plusieurs contrôles qui ont dégénéré, des policiers ont été blessés et un préavis de grève a été déposé par les syndicats de la police, qui réclament une meilleure protection pour des agents dont l'uniforme inspire de moins en moins le respect. 

Pour le parquet de Malines, c'est une bonne mesure. Selon la substitute du procureur du Roi Nele Poelmans, les preuves obtenues via ces mini-caméras sont tout à fait valables. Le parquet de Maline pense que ces caméras pourront protéger les policiers s'ils se font injustement accuser par un citoyen. C'est ce que pense aussi l'un des syndicats de policiers.

D'autres voix, au sein de la police, s'élèvent pour, au contraire, dénoncer ces caméras comme un moyen de plus utilisé pour pister les policiers, d'autant qu'un débat sur ces mini-caméras est en cours à la Commission de la vie privée...

Vincent Gilles, du SLFP police rappelle que la ministre Turtelboom, comme ministre de l'Intérieur les avait en son temps interdites.

En attendant, au parquet de Malines, des affaires très récentes prennent en compte des images délivrées par ces nouvelles caméras. Encore faudra-t-il que le juge accepte d'en tenir compte.

Odile Leherte