Majorité orange(ette)-bleue: un nom qui ravive de vieux souvenirs

En 2007, le libéral flamand Guy Verhofstadt avait échoué à créer un gouvernement composé des seuls  libéraux et démocrates-chrétiens sous les couleurs de l'orange-bleue
En 2007, le libéral flamand Guy Verhofstadt avait échoué à créer un gouvernement composé des seuls libéraux et démocrates-chrétiens sous les couleurs de l'orange-bleue - © ERIC VIDAL - BELGAIMAGE

La N-VA partie, c’est la fin d’une coalition appelée suédoise en raison de la ressemblance entre les couleurs des différents partis qui la composait et celle du drapeau suédois.

Le Premier ministre parle désormais d’une majorité orange-bleue, formée par les formée par les libéraux des deux communautés et les démocrates-chrétiens flamands.Une orange-bleue qui ravive le souvenir de longues négociations avortées. Cela remonte à plus de 10 ans.

Une orange-bleue avortée en 2007

C’était au lendemain des élections fédérales de juin 2007. Un scrutin surtout marqué par le recul des socialistes. 4 formations tentent alors de s’unir, pour former une majorité. Les libéraux flamands et francophone du MR et de de l’Open Vld.

Et les démocrates-chrétiens du cdH et du CD&V. Un CD&V qui, à l’époque, formait un cartel avec une petite formation qui allait bientôt beaucoup grandir et faire parler d’elle: la N-VA. Mais les négociations patinent, s’enlisent et échouent.

En vue d'une orange (ette) bleue

Et finalement, le PS revient à la table de négociations, Près de 200 jours après le verdict des urnes. Le Premier ministre sortant, le libéral flamand Guy Verhofstadt, forme alors un gouvernement composé des libéraux, des démocrates-chrétiens et des socialistes francophones. L’orange bleu est donc oubliée… Une orange-bleu qui pourtant existe bien depuis l’an dernier en Wallonie, où le MR et le cdH sont aux commandes du gouvernement régional.

Depuis hier soir, et l’annonce du départ de la N-VA du gouvernement Michel, ce type de coalition est maintenant également aux manettes du fédéral, mais sans le cdH.

C’est pour cette raison que certains préfèrent parler d’Orangette bleue pour la nouvelle équipe de Charles Michel. Elio Di Rupo préfère parler de "demi-orange-bleue". 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK