Le MR devra encore attendre avant d'être rappelé à la table des négociations wallonnes

On ne peut pas réellement parler d’avalanche de réactions à la "petite idée" développée par Ecolo lundi matin dans différents médias écrits et sur notre antenne : les Verts proposant une coalition "coquelicot" pour diriger la Région wallonne. Un gouvernement minoritaire, PS-Ecolo, aidé de ministres issus de la société civile.

Sur le plateau d’A Votre Avis, Georges Gilkinet (Ecolo) défend avec ferveur son idée. Une idée qu’il qualifie d’originale. "Ce n’est pas simple, mais c’est nouveau et nécessaire afin de donner de l’oxygène à notre région".

Autour de lui, Christine Morreale pour le PS, Didier Gosuin pour DéFI et Georges-Louis Bouchez pour le MR. La première semble mal à l’aise devant un projet qui – il faut le dire - ne semble pas susciter l’engouement général. "Nous restons en faveur d’un partenariat avec Ecolo", maintient-elle cependant. "Nous favorisons une coalition de convergences, mais pour l’heure, nous ne fermons la porte à rien", ajoute-t-elle en regardant Georges-Louis Bouchez du coin de l’œil.

"Société civile"

Ce dernier entend les idées des uns et des autres, mais ne manque pas de montrer sa surprise, lorsqu’il est amené à prendre la parole. Sa principale interrogation porte sur l’essence de cette "société civile", à qui la route est couverte de fleurs par Ecolo. "Qu’est-ce que la société civile ? S’il s’agit des signataires de la déclaration non gouvernementale, il me semble qu’elle pourrait être plus large et diversifiée. La réalité, c’est qu’il faut les votes de 38 parlementaires wallons pour faire passer un décret".

Et qu’en est-il à Bruxelles ? Là aussi, PS et Ecolo collaborent. Mais en Région bruxelloise, la société civile est alors inutile, ironisent certains, puisque la majorité est large, complétée par DéFI. "On ouvre aussi à Bruxelles !", se défend Georges Gilkinet."La société civile a participé à la construction de notre programme et est au centre de notre formation gouvernementale bruxelloise". Oui, mais pas de "ministre civile", semble-t-il. "Un poste ministériel n’est pas discuté à Bruxelles", confirme Didier Gosuin. La crainte de Didier Gosuin: "Que la stratégie d'Ecolo soit une communication rapide qui n'aboutisse pas. C'est intéressant, mais la société civile est aussi divisée que la carte politique. L'idée doit être creusée avec calme".  

Priorité: PS-Ecolo

Christine Morreale finit pas le dire, la priorité n'est pas de rouvrir la porte au MR pour monter dans une majorité. "Il faut d'abord essayer d'avancer là où il y a des convergences, et d'essayer d'aller vers des majorité progressistes". C'en est donc fini des discussion avec le MR? "Il y a eu deux discussions. A ce stade, on avancera vers un coeur de programme avec une convergence PS-Ecolo, dans un premier temps".

Le politologue Pierre Vercauteren donne une énième analyse : "Je me pose la question de la viabilité d’un gouvernement minoritaire soutenu par la société civile. Peut-il durer cinq ans ? De plus, réunir des majorités au cas par cas, risque d'alourdir le processus".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK