Magnette à propos de Lutgen: un "niveau jamais atteint d'irresponsabilité politique"

Paul Magnette: "On va se retrouver avec trois gouvernements francophones de compositions différentes. On n’a jamais vu une cacophonie pareille."
Paul Magnette: "On va se retrouver avec trois gouvernements francophones de compositions différentes. On n’a jamais vu une cacophonie pareille." - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Dernière séance parlementaire ou fin de partie pour le PS. En principe, la séance du parlement wallon se poursuit jusqu’au 21 juillet, mais le ministre-président de la Wallonie a des doutes. Il n’a pas de mots assez dures pour critiquer son partenaire humaniste et vise aussi bien Maxime Prévot que Benoît Lutgen, accusant ce dernier d’un "niveau jamais atteint d’irresponsabilité politique".

Pour le patron du gouvernement wallon, MR et cdH ont décidé de museler le parlement "à un moment où on en a plus besoin que jamais "... "Nous sommes à un niveau d’absurdité politique jamais atteint. Le cdH ne veut plus travailler avec le PS mais reste accroché au pouvoir. Lorsque l’on dit que l’on ne veut plus travailler, on s’en va. Comme nous l’avions fait en 2014, quand nous avons quitté le gouvernement fédéral pour aller dans l’opposition. Le cdH veut sauver les meubles alors qu’ils pouvait continuer à travailler pendant les 18 mois qu’il nous reste." A propos de Benoît Lutgen ses critiques sont acerbes: "Croire que l’on va changer toute la donne sans passer par l’électeur est un niveau jamais atteint d’irresponsabilité politique".

Pas de mesures publifin "à cause du cdH"

Au moment où le dossier Publifin arrive dans sa phase ultime et que les mesures devaient être adoptées avant le 21 juillet, tout semble désormais remis à plus tard: "Les décisions qu’on devait prendre ne le seront pas. Notre gouvernement a adopté 21 mesures. Tout est prêt et on attendait le travail de la commission Publifin qui a tiré les leçons et toutes les nécessités de réformes. Le ministre Pierre-Yves Dermagne a rédigé des textes près à être adoptés, et on verra si le cdH  fait un signe d’ouverture ou s’il paralyse tout."

Pour Paul Magnette, il faut tirer les leçons de l’affaires Publifin, alors que les autres partis n'évoquent que le système parlementaire. "Les deux rapports  (de la commission et des experts: ndlr) disent que Publifin a créé de la valeur, personne ne remet cela en cause, mais les rapports disent aussi qu’il faut régler des problèmes de gouvernance. Les autres partis, MR, cdH et Ecolo, parlent surtout du système électoral. Ce qui est très éloigné de la transparence du plafonnement des rémunérations. Il faut des règles de transparence absolue aujourd’hui. Quand on entend qu’un un parti (ndlr : le cdH) a dans ses rangs des gens qui sont en situation flagrante de conflit d’intérêts, et a bloqué pendant des mois tout une série de débats, cela ne contribue pas faire avancer la discussion."

Stéphane Moreau garde son salaire

Une autre conséquence de l’arrêt anticipé des activités du parlement wallon est le maintien provisoire du salaire de Stéphane Moreau. Un retard qui incombe entièrement au cdH, accuse encore Paul Magnette. "On a décidé de supprimer des dizaines de structures non nécessaires et de mettre fin à des centaines de mandats. La situation de paralysie institutionnelle provoquée par le CDH provoque un gâchis immense."

Les allocations familiales: ça passe ou ça casse?

Jeudi, gouvernement wallon abordera le dossier des allocations familiales. Mais pourra-t-il passer, alors qu’un composant de la majorité fait défaut? Le ministre-président veut s’en tenir à l’ordre du jour. "J’ai demandé pourquoi tous les dossiers mis à l’ordre du jour étaient bloqués par le cdH, j’ai obtenu un grand silence des Maxime Prévot. Je continue à mettre les points à l’ordre du jour. Et notamment celui des allocations familiales. Nous avons fait un accord avec le cdH sur un socle universel pour tous les enfants et en même temps des suppléments sociaux pour les familles qui en ont le plus besoin. Le cdH l’a aussi adopté. Si le dossier est prêt, il sera à l’ordre du jour demain. Je ne vais pas revenir sur un accord accepté par ma famille politique. "

Paul Magnette assure qu’il n’y aura pas de rupture de régime pour les enfants qui naîtront à partir du 1er janvier 2019. " Les nouvelles mesures seront en place en vigueur en 2019. Ou 2020 si les systèmes informatiques ne sont pas prêts. On discutera de la date d’entrée en vigueur, mais nous avons pris cet engagement et j’aimerais que le cdH respecte aussi les siens dans d’autres dossiers, comme celui la radio-redevance. J’ai remis le dossier à l’ordre du jour de demain, on verra "

Une bonne affaire pour la N-VA? Pas sûr

A Bart De Wever qui voit dans la situation politique en Wallonie "un scénario de rêve pour la N-VA", Paul Magnette rétorque que pour obtenir une 7ème réforme de l’Etat, il lui faut impérativement obtenir une majorité des 2/3 et l'accord de partenaires du côté francophones. "La cacophonie actuelle avec, peut-être, une majorité d’un siège en Wallonie et une situation à Bruxelles où le cdH ne bloque pas les dossiers" ne lui semble pas permettre un tel scénario. " On va se retrouver avec trois gouvernements francophones de compositions différentes. On n’a jamais vu une cacophonie pareille. " Le ministre-président risque même une boutade: "Les Flamands ont de quoi être inquiets, car je vois mal la N-VA négocier avec le PTB."

Et à ceux qui espéreraient voir Paul Magnette quitter la politique, ce dernier répond qu’il ne s’interdit rien, mais que la question ne se pose pas encore: " Je reste attaché à l’engagement public et aux idéaux politiques de mon parti ".

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK