Maggie De Block fait-elle des économies sur le dépistage du cancer du sein ?

Une modification des règles en matière de remboursement des examens de dépistage du cancer du sein suscite pas mal d'émoi. La ministre fédérale de la Santé Maggie De Block (Open vld) a modifié les nouvelles règles controversées concernant le remboursement des examens de dépistage du cancer du sein qui devaient normalement entrer en vigueur ce 1er avril. Les catégories d’âge pour lesquelles les tests sont remboursés vont être réduites sauf pour les profils les plus à risque.

Risque ou bénéfice ?

Le dépistage du cancer du sein passe par la mammographie. Une méthode efficace pour dépister les cellules cancéreuses, mais parfois controversée à cause des radiations que cette méthode emploie. Anne Boucquiau, médecin active à la Fondation contre le cancer interrogée dans Soir Première, est favorable au dépistage dans son ensemble, mais s’interroge sur le risque de traiter inutilement : "Si une femme sur 9 va avoir un cancer du sein, il y a quand même 8 femmes sur 9 qui n’en auront pas. Faut-il faire encourir un petit risque à une population qui a plus de chance de ne rien avoir que d’avoir quelque chose ?".

Pour Amel Djemail, auteur de la pétition "touche pas au dépistage" ce nouvel arrêté ne la laisse pas de marbre : "J’ai été diagnostiquée d’un cancer du sein à l’âge de 32 ans. Grâce au dépistage, j’ai pu être soignée. La radiation qu’une mammographie est égale à un vol aller-retour Bruxelles-Marseille. Est-ce qu’on doit plutôt penser à la radiation ou sauver une vie ?".

Pour revoir l'intégralité du débat de Soir Première:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK