Logement à Bruxelles: 15.000 foyers verront une solution concrète, une base de données en chantier

Construction de logements
Construction de logements - © HERWIG VERGULT - BELGA

C’est le premier chapitre de l’accord de gouvernement bruxellois. "Le droit au logement est un droit constitutionnel et fondamental". A cet aune-là, le gouvernement entend mener un "plan d’urgence pour la politique sociale du logement, une politique de soutien à l’accessibilité du marché locatif, une politique de revitalisation urbaine qui place le quartier au centre et une politique innovante d’accès à la propriété". Concrètement, la nouvelle équipe bruxelloise s’engage à "apporter une solution concrète à 15.000 ménages bruxellois en attente d’un logement social". Il y a actuellement 43.000 foyers sur la liste d’attente. L’objectif à terme est de disposer de 15% de logements "à finalité sociale sur l’ensemble du territoire régional répartis de manière équilibrée par commune et par quartier". A noter que "dans les communes où la part de logements sociaux est inférieure à l’objectif de 15% et où les indices socio-économiques sont plus élevés que la moyenne régionale, les charges d’urbanisme seront obligatoirement consacrées à la création de logements sociaux ou à finalité sociale".

Pour assurer une plus grande transparence du marché immobilier, le gouvernement entend mettre sur pied une base de données (baux, loyers, garanties, état des lieux, PEB, permis, etc.) centralisée. "La grille de référence des loyers sera déterminée sur la base de ces données complètes, et sa publicité sera renforcée." Un fonds public de garantie locative est également dans les tuyaux, avec comme mission de "centraliser et mutualiser, à terme, l’ensemble des garanties locatives constituées, tant pour les logements publics que pour les logements privés. Cette institution publique agira comme guichet unique en matière de logement pour les bailleurs et les locataires en assurant le dépôt simultané de la garantie locative, du bail et de l’état des lieux de chaque logement". Notons enfin que la lutte contre les vacances immobilières sera renforcée via "la mise en place d’observatoires de logements inoccupés dans les 19 communes, qui seront centralisés au niveau régional. Les pouvoirs publics devront être exemplaires et faire le cadastre, chaque année, de l’ensemble des bâtiments inoccupés".

 

Découvrez, dans le détail, les autres points les plus importants de l’accord de gouvernement bruxellois dans la série d’articles suivants :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK