"Lobby juif" : la Ligue belge contre l'antisémitisme épingle un tweet de Van Quickenborne

La Ligue belge contre l’antisémitisme a réagi mardi à la formation du nouveau gouvernement fédéral dirigé par le libéral flamand Alexander De Croo, fustigeant plus particulièrement un tweet qu’il juge antisémite, posté il y a quelques mois par Vincent Van Quickenborne. Dans ce bref message daté du 27 février dernier, le libéral parlait du "lobby juif" qui "fait des heures supplémentaires".

Dans un article publié le jour même par la RTBF, le Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB) avait réagi à ce Tweet et parlé de "honte"Le CCOJB demandait alors que "ce commentaire soit retiré et corrigé publiquement. Il est indigne d’un ancien ministre de répandre le mythe du lobby juif. Il est également inacceptable de confondre Israël et la communauté juive".

Entre-temps, Vincent Van Quickenborne est devenu vice-Premier et ministre en charge de la Justice, ce qui passe mal du côté de la Ligue belge contre l’antisémitisme.

Le tweet, en néerlandais, pourrait être traduit par "le lobby juif fait des heures supplémentaires ces jours-ci. Après Alost, Washington". Il accompagne un extrait d’article de journal relayant les vives critiques de celui qui était alors le ministre israélien des Affaires étrangères, Yisrael Katz, envers Bernie Sanders, qui était candidat à l’investiture démocrate à la présidentielle américaine.

Ce dernier, lui-même juif de religion, avait qualifié le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou de "raciste réactionnaire" et s’était prononcé en faveur d’un retour de l’ambassade américaine en Israël de Jérusalem, capitale disputée, à Tel-Aviv. Ces paroles, lors d’un débat démocrate, lui avaient valu la colère de Yisrael Katz, qui avait alors sous-entendu que ceux qui soutiennent Israël ne devraient pas pousser la candidature de Bernie Sanders.


►►► À lire aussi : Des survivants de l’Holocauste demandent à Facebook le retrait de contenus négationnistes


Selon la LBCA, l’usage des mots "lobby juif", la "terminologie antisémite la plus éculée", pour qualifier les critiques du ministre israélien, pose problème.

Contacté mardi après-midi, le cabinet de Vincent Van Quickenborne n’a pas souhaité réagir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK