Linkebeek: vote dans le calme, malgré une dizaine d'interpellations de membres du TAK

Il faisait un temps à ne pas mettre un électeur dehors, si bien que la majorité des 3300 personnes appelées à voter se sont présentées dans les 5 bureaux de vote seulement en fin de matinée, et parfois peu avant la clôture des bureaux à 13h. Il n'y a pas eu d'incidents hormis, vers midi, un jet de boules puantes dans le bureau numéro 3 de l'Ecole communale, par une dizaine de militants du Taal Aktie Komitee qui avait annoncé une action "ludique". Les individus ont aussitôt été interpellés par la police locale, expulsés des lieux et tenus en respect dans la cour de l'école, par les forces de l'ordre qui ont ensuite maintenu une présence policière renforcée sur place. Les deux principaux protagonistes locaux du litige autour de la nomination du bourgmestre, Damien Thiéry et Eric De Bruycker, s'étaient présentés pour voter vers le milieu de la matinée. Les résultats devraient être connus entre 17 et 18h.

Cette élection fait suite à la démission des élus de la majorité francophone, après la nomination, comme bourgmestre, d'Eric De Bruycker, issu de la minorité néerlandophone (deux sièges), par la ministre flamande des Affaires intérieures Liesbeth Homans (N-VA), dans cette commune qui n'avait plus de bourgmestre en titre depuis 2006.  

Les candidatures répétées du chef de file francophone Damien Thiéry, qui revendique la légitimité démocratique locale, ont à chaque fois été refusées par les ministres des Affaires Intérieures flamandes pour non respect de la législation linguistique. Les treize conseillers pourront être élus au sein de deux listes: LB (LinkeBeek), menée par Damien Thiéry (MR); et La Droite, forte de seulement quatre candidats, emmenée par Pascal Collet, un néophyte.

Il est d'autant moins question, cette fois, de liste d'union francophone, que, sans pour autant appeler à voter pour la Droite, le DéFI (ex-FDF), présidé par Olivier Maingain, a décidé de ne pas soutenir la liste LB pour marquer son désaccord sur ce qu'il considère comme une trop large concession linguistique de la part de la liste emmenée par Damien Thiéry sur le mode d'envoi des convocations électorales.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK