Liège Airport : sur la piste de Luc Partoune, aux commandes de Bierset depuis plus de 25 ans

Luc Partoune récemment, et avec José Happart en 2005
10 images
Luc Partoune récemment, et avec José Happart en 2005 - © BELGA

Le monde économique liégeois à nouveau en zone de turbulences. L’affaire Nethys n’en finit pas de secouer et voilà maintenant Luc Partoune, le patron de l’aéroport de Liège, éjecté de son siège. Selon la Meuse, cela s’est passé au conseil d’administration hier soir. Celui-ci, réuni en urgence, a pris la décision à l’unanimité.


A lire aussi : Aéroport de Liège : copinage et non-respect des marchés publics


Ce qu’on reproche à celui qui occupait le bureau principal de Bierset : notes de frais sans justificatifs, missions de consultances passées sans marché public, faits de corruption. Une quarantaine d’infractions au total, relevées en interne par l’organisme de consultance Deloitte (mandaté par le nouveau management de Nethys). Partoune a donc été prié d’atterrir sur-le-champ.

Extrait de notre 13h :

C’est le directeur adjoint de l’aéroport, Frédéric Jacquet, qui prend à présent la place de Luc Partoune (ad intérim). Jean-Luc Crucke, le ministre (MR) des aéroports wallons, s’est exprimé clairement ce matin : "On ne peut plus accepter, que ce soit à Liège ou ailleurs en Wallonie, qu’il y ait des écarts de comportements avec de l’argent public".

Mais tempère cependant sur les compétences du principal intéressé : "Un aéroport, c’est une institution. Et je crois qu’il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Je sais aussi que Luc Partoune a fait du bon travail, mais en aucun cas ça ne justifie le dérapage par rapport à des règles qui sont des règles essentielles de gouvernance."

A présent à nouveau au cœur de la tourmente, Luc Partoune a-t-il pris l’aéroport wallon pour un casino ? La suite de l’enquête le dira. Revenons cependant sur la carrière de celui qui était à la tête de Bierset depuis… 1994.


A lire aussi : Le directeur général de l’aéroport de Liège licencié pour faute grave


 

Décembre 1997. L’histoire ne dit pas s’ils ont "djasé wallon", mais voici le cliché d’une visite du ministre Michel Lebrun (PSC) à l’aéroport de Liège. A ses côtés, Luc Partoune. Chrétien-démocrate également, ce dernier est à la tête des installations aéroportuaires depuis 3 ans.

Juriste de formation, ancien chef scout aux allures de dandy, il est vu comme intelligent, compétent, bon meneur d’hommes et d’un caractère plutôt taiseux. Né à Dalhem (province de Liège) en 1961, travaillant pour des cabinets ministériels PSC, fer de lance du développement de Meusinvest, on lui accorde un parcours professionnel sans faute.

A la tête de l’aéroport situé sur les hauteurs de la cité ardente depuis 1994, il ne va cesser de développer. Au fur et à mesure du temps, les inaugurations s’enchaînent : nouvelle(s) tour(s) de contrôle, allongement de pistes, nouveau hall d’accueil, développements en tous genres.

Politiquement frivole

En 2003, Luc Partoune annonce se présenter sur les listes PS pour les élections de 2004. Un joli coup pour Michel Daerden, alors patron des socialistes liégeois, comme le rappelle cet article de la Libre de l’époque. La pilule passe beaucoup moins bien dans les rangs du cdH, alors emmené par Joëlle Milquet.

Il est alors décrit par ses détracteurs comme un "papillon politique" – en rapport aussi avec le noeud-papillon qu’il arbore souvent à son cou —. Tout d’abord proche des libéraux, il deviendra PSC, passant par divers cabinets ministériels (Michel Hansenne, Amand Dalem, Albert Liénard).

C’est donc à présent vers le PS que son cœur va balancer. D’aucuns disent que cela pourrait être dû à son "compagnonnage" avec José Happart, figure incontournable de la politique liégeoise et président de Liège-Airport. "C’était par pur opportunisme, pour préserver son poste de directeur général de l’aéroport de Liège" dira un de ses détracteurs, cité dans cet article très fouillé du journal l’Echo de 2017.

Archive JT : Liège Airport au top des aéroports de fret (18/10/2013)

Bierset superstar

Alors que l’aéroport de Charleroi ("Brussels-South") va se spécialiser dans le transport passager, à Liège, on va plutôt miser sur le Fret. Et cela va payer – néanmoins, Liège permet aussi le transport de voyageurs, et avec 18 destinations en 2018 se classe 5e aéroport belge —.

En 1996, Partoune accueille sa première entreprise de transport de marchandise : Cargo Airlines (CAL).

Et en mars 1998, c’est l’américain TNT qui choisit Liège. Les vols se font principalement de nuit, et les deux pistes liégeoises deviennent une plaque tournante de l’entreprise de fret aérien américaine. Bientôt, ce sera la moitié de l’activité de l’aéroport qui sera destinée à la compagnie, qui sera rachetée par FedEx en 2016.


A lire aussi : Les États-Unis bénéficient d’un traitement de faveur dans le transport de cargo en Europe


L’an dernier, il est au firmament. Elu "meilleur aéroport cargo au monde pour l’année 2020", le patron exulte : "C’est une récompense exceptionnelle qui salue une année qui nous a vus relever de multiples challenges. Ceux-ci sont bien évidemment liés à notre rôle de maillon essentiel dans la gestion de la crise sanitaire, à notre position d’aéroport santé mais également à la flexibilité de nos équipes qui ont pu répondre aux attentes et aux inquiétudes de nos clients".

C’est que la qualité des services liégeois est appréciée. L’OMS ne s’y est pas trompée, et Bierset d’être choisi en avril 2020 comme hub mondial (aux côtés de sept autres aéroports) pour l’acheminement de fournitures pour lutter contre la crise sanitaire mondiale du coronavirus.


Coronavirus : Liege Airport sera un hub de l’OMS pour distribuer le matériel médical vital


Les installations ont aussi été choisies par le Programme alimentaire mondial des Nations unies comme une de ses plates-formes logistiques mondiales. Depuis le mois d’avril 2020, Liège Airport assure ainsi la livraison de matériel médical et humanitaire destiné aux pays en développement.

Le million de tonnes de marchandises transitant par Bierset a lui, été atteint également en 2020 (il serait même d’1,2 millions).


A lire aussi : Un million de tonnes transportées à Liège Airport depuis janvier


 

La "caverne d’Alibaba"

C’est qu’en décembre 2018, un "gros morceau" (et c’est un euphémisme) a aussi débarqué à Bierset. Il s’agit du géant chinois Alibaba, – ou plus précisément sa filiale logistique Cainiao-. Les installations aéroportuaires liégeoises accueilleront la base logistique européenne sur un terrain de 22 hectares situé dans la zone nord de l’aéroport. Pierre-Yves Jeholet, ministre wallon de l’économie, se réjouit : "Les pays se battent pour accueillir ce type d’investissement". Et Jean-Luc Crucke, d’ajouter que "le social, l’écologie et l’économie constituent les trois branches d’un triangle qui doivent fonctionner ensemble".


A lire aussi : Alibaba privilégie Liège pour son premier "hub" européen


Willy Demeyer, le bourgmestre de Liège, est enthousiaste : "Cela se comptera en milliers d’emplois", dira-t-il. Mais des voix discordantes se feront aussi entendre, comme le parti Vega, qui y voit une "aberration économique et environnementale".

Qu’à cela ne tienne, Liège Airport est à présent un "hub" européen. S’ensuivra une autre entreprise chinoise, présente dans le domaine pharmaceutique, en été 2019.

L’aéroport de Liège est-il au centre de la bataille entre Alibaba et Fedex ? (JT du 28 novembre 2018)

Vaccins et Fedex

En tout début de cette année, le ciel liégeois s’assombrira néanmoins avec l’annonce de Fedex de supprimer quelque 671 emplois. Fedex veut retirer donc un peu ses billes de l’aéroport wallon, Liège ne fonctionnerait plus que comme un hub secondaire en Europe centrale, l’aéroport parisien Charles de Gaulle (Roissy) devenant le principal. Les syndicats réagissent.

A Bierset, on nuance toutefois l’annonce, mettant en avant que l’aéroport est toujours en croissance, et que l’activité économique attire toujours. AirBelgium


►►► À lire aussi : des centaines d’emplois menacés chez FedEx : le pari risqué du "tout à la logistique" ?


Il est annoncé début janvier que l’aéroport de Liège sera également un des grands centres de vaccination wallon.

Dans la tourmente

Luc Partoune n’en est pas à ces premiers tourments judiciaires. 2009. Il est inculpé pour faux et usages de faux. Son image est ternie. "C’est un égoïste, un brutal. Il n’a pas ni compassion ni remords" dira un ancien collaborateur, cité par l’Echo.

2015, c’est le tribunal correctionnel pour Partoune et Happart. Le CEO pourra bénéficier de la procédure de transaction financière. Cependant, et à son grand étonnement, il restera inculpé.


A lire aussi : Le directeur général de Liège Airport n’évitera pas les poursuites pénales


En 2016-2017, il fera aussi parler de lui. Suite au décret wallon sur le plafonnement des salaires pour les grands patrons, il avait annoncé qu’il allait "raboter" son salaire. "Il y a une réflexion sur le plan éthique qui m’a amené à faire cette proposition" déclarait-il. Avant de se raviser finalement quelques mois plus tard, ce qui avait suscité des problèmes au CA, la polémique et l’agacement du ministre Crucke.


A lire aussi : Liege Airport : Luc Partoune renonce finalement à "raboter" son salaire de 424.000 à 310.000 euros


L’ancien président du conseil d’administration de Liège-Airport, José Happart, a lui été condamné en mai 2020 à huit mois de prison avec sursis, pour notamment corruption et trafic d’influence.

Luc Partoune était l’invité de "Jeudi en Prime" le 4 avril 2019

Homme talentueux et fin gestionnaire, Luc Patroune est donc un homme complexe. Il a réussi à faire de Bierset un des plus puissantes plaques tournantes du transport de marchandises par avions. Mais ses volte-face politiques, sa communication parfois difficile, et ses précédents ennuis judiciaires, confondant public et privé, ne lui ont pas fait que des amis.

Durant plus d’un quart de siècle, il a amené les terres asphaltées de Grâce-Hollogne au sommet de l’économie wallonne. C’est donc Frédéric Jacquet qui prend dès à présent sa place, ad intérim, dans le cockpit de l’aéroport de Liège.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK