Libye: la Belgique prête si 3 conditions sont réunies et avec accord du Parlement

Steven Vanackere, ministre des Affaires étrangères
Steven Vanackere, ministre des Affaires étrangères - © Archive Belga

Dans ces trois conditions, il fallait que la demande vienne de la Libye, qu'il y ait un soutien des pays arabes et une coopération à cet effort et il fallait un mandat légitime. Ce mandat a été donné cette nuit par l'Onu comme l'a rappelé Steven Vanackere, ministre belge des Affaires étrangères, dans L'Expresso, sur la Premlière.

La Belgique n'était pas présente au vote de l'ONU concernant la Libye mais pour Steven Vanackere, ministre belge des Affaires étrangères, il y a une certaine réticence au sein de l'Union européenne puisque, notamment, l'Allemagne s'est abstenue. Steven Vanackere a d'ailleurs mis, jeudi, une quatrième condition : "Je trouve que ce type de décision (...) demande aussi un soutien assez large au niveau parlementaire."
Les pays qui se sont abstenus (la Chine, la Russie, le Brésil, l'Inde et l'Allemagne) ne sont pas nécessairement des pro-Kadhafi mais plutôt des pays qui se posent des questions sur l'utilisation de ce type d'instrument, toujours selon le ministre. Ils se sont abstenus mais ils n'ont pas fait usage de leur droit de veto.
Pour Steven Vanackere, si la Belgique participe à une action en Libye avec l'aval de l'Onu et l'accord du Parlement, il s'agit d'un acte légitime et pas d'une déclaration de guerre à la Libye. 
La France, la Grande-Bretagne et le Liban devraient être les fers de lance d'opérations ciblées contre les forces de Mouammar Kadhafi qui pourraient avoir lieu rapidement. Le Canada enverrait des avions de chasse mais pour Steven Vanackere, ces opérations rapides ne devraient pas concerner la Belgique dans un premier temps.

M.S. avec Georges Lauwerijs

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK