Les Wallons aiment leur commune, mais se méfient de leurs élus... surtout s'ils ne les connaissent pas

Les Wallons aiment leur commune, mais se méfient de leurs élus... surtout s'ils ne les connaissent pas
Les Wallons aiment leur commune, mais se méfient de leurs élus... surtout s'ils ne les connaissent pas - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

"Dans votre commune, les élus agissent au bénéfice des citoyens". Bien que la commune soit globalement vue positivement, cette affirmation ne reçoit qu'un très moyen 5,5 auprès des 1035 citoyens wallons interrogés dans le cadre d'une enquête de satisfaction menée par l'UVCW, l'Union des Villes et Communes de Wallonie. Une moyenne encore tirée par le bas, pour ceux qui n'ont jamais eu l'occasion de discuter avec un élu.

"L’enquête a eu lieu fin 2016, début 2017, soit pile en pleine tempête médiatique Publifin", précise Louise-Marie Bataille, secrétaire générale de l’UVCW. Nous avons cependant tenu à la maintenir, parce que les enseignements de ce sondage doivent nourrir la réflexion lors de notre traditionnel colloque. De plus, elle nous donnait l’occasion de mesurer l’appréciation (ou non) du citoyen, à un moment critique pour la démocratie représentative. A cet égard, les résultats globalement positifs sont gratifiants, encourageants et motivants pour les acteurs locaux".

Quelle est la représentation spontanée qu’ont les citoyens wallons de leur commune?

"Belle, agréable", "où tout se passe bien ", "chez moi": plus de la moitié des sondés ont une image positive, quasi affective, de leur commune, évoquant en premier lieu sa convivialité et sa qualité de vie (28,7%), une appréciation positive (12,4%), son dynamisme et sa vie culturelle (6,7%), son attachement personnel (2,9%) ou sa bonne gestion (2,5%). Seuls 21% ont un première impression négative, dont 3% concernant la mauvaise gestion. Les autres évoquent des éléments plus neutres comme son caractère rural ou urbain, les symboles et personnalités ou le profil de sa population.

En majorité, les répondants se disent intéressés par la vie communale (moyenne de 7 sur 10). Ils s’estiment bien informés aussi. Le bulletin communal est la source la plus citée, alors que les jeunes privilégient les réseaux sociaux.

Par contre, de façon un peu surprenante, près de trois quarts des interrogés déclarent ne pas souhaiter participer à la vie communale. 8,6% le font déjà, tandis que 18% seraient désireux de collaborer mais n'ont pas encore franchi le pas.

Souhaitez-vous pouvoir participer à la vie communale?

Le niveau de satisfaction du citoyen par rapport aux services et infrastructures communales atteint 7 à 8 sur 10.

Les services administratifs communaux, les structures d’accueil de l’enfance, l’encadrement des seniors, les infrastructures sportives sont généralement bien notées. Les initiatives culturelles ou sportives sont plébiscitées.

La serviabilité, l’efficacité et la confiance dans les agents communaux pointent à 7 sur 10.

Les sondés octroient un 7 sur 10 aux services communaux/intercommunaux de fourniture d’énergie et de gestion des déchets.

Les services de secours (pompiers) sont fortement appréciés et gagneraient à être davantage valorisés.

Egouttage, propreté et salubrité obtiennent 6 sur 10.

Les principales demandes du citoyen à sa commune font écho aux missions fondamentales et historiques des communes: la qualité et la propreté de l’espace public (17,6%) et l'entretien et l'aménagement des voiries (14%).

Toutefois, si l’appréciation moyenne de la bonne gestion de la commune atteint les 6 sur 10 pour la majorité des répondants, elle passe à 5,5 sur 10 sur le sujet de la proximité de l’élu avec le citoyen et sur son sens de l’intérêt général.

On remarque toutefois une très forte corrélation entre cette question sur la confiance et celle sur le fait d'avoir déjà ou non discuté avec un élu: une majorité des 60% de personnes interrogées qui ont déjà eu un contact estiment que ces derniers agissent au bénéfice des citoyens, alors que la tendance est inverse pour ceux qui n'en ont jamais rencontré.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir