Suédoise: les syndicats annoncent une grève nationale le 15 décembre

Les syndicats annoncent une grève nationale le 15 décembre
Les syndicats annoncent une grève nationale le 15 décembre - © Archive MATHIEU COLINET - BELGAIMAGE

Les syndicats CSC, FGTB et CGSLB annoncent ensemble ce mercredi les actions qu'ils entendent mener dans les semaines et mois qui viennent, ainsi que les points de rupture du programme du nouveau gouvernement. Au menu: manifestations, grèves tournantes et une grève nationale le 15 décembre.

L’objectif est de faire reculer le gouvernement sur les gros points de l'accord qui fâchent les syndicats. Les organisations de travailleurs ont réunis leurs instances ces derniers jours, avec un constat: de nombreuses mesures ne passent décidément pas la rampe chez les affiliés. En ligne de mire notamment : le saut d'index, le gel des salaires ou encore la réforme des pensions.

Les 3 syndicats, de commun accord, ont donc décidé de démarrer en force, avec une première manifestation nationale le jeudi 6 novembre. Suivront, les 3 lundis suivants, des grèves tournantes par provinces (Liège – Luxembourg – Anvers - Limbourg le 24 novembre ; Hainaut – Namur et les deux Flandres le 1er décembre; Bruxelles et les deux Brabant le 8 décembre). Et une journée de grève nationale (qui touchera aussi la SNCB) est annoncée le 15 décembre.

D'ici là les syndicats auront pu mesurer la volonté réelle de concertation du gouvernement et du patronat. On sera alors en plein calendrier de ce qui devrait être la négociation pour un nouvel accord interprofessionnel. Faute d'ouverture réelle, les grèves tournantes reprendront dès le 5 janvier.

"Un pont trop loin"

L'annonce d'une grève nationale le 15 décembre prochain par le front commun syndical contre l'accord de gouvernement est un "pont trop loin" pour le Voka, l'organisation patronale flamande. Le Voka estime "incompréhensible" la décision des syndicats de "rejeter la main tendue du gouvernement aux partenaires sociaux".

"L'encre de l'accord de gouvernement est à peine sèche et il a été clairement indiqué que le nouveau gouvernement allait traiter une série de dossiers en concertation avec les syndicats et les employeurs. Il est incompréhensible que les syndicats sortent l'arme lourde et menacent de mettre le pays à l'arrêt", a déclaré Jo Libeer, administrateur délégué du Voka.

Si les syndicats "prennent le pays en otage le 15 décembre", l'économie sera confrontée à un jour de pertes et cela conduira "à des frustrations dans les entreprises, [pour] les usagers des transports publics, les étudiants en période d'examens, etc. J'espère qu'il y aura encore un sursaut du sens des réalités chez les syndicats", poursuit Jo Libeer.

Le patron du Voka a encore souligné que chacun devait faire des efforts pour affronter les défis du budget fédéral et garantir le maintien de la sécurité sociale. "Dois-je rappeler que les deux mois de salaire garantis sont aussi une pilule difficile à avaler pour nos entreprises ?", conclut-il.

A.L. avec M.-P. Jeunehomme et Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK