La résolution sur les solutions d'accueil pour les handicapés bien accueillie

Les solutions d'accueil pour les handicapés bien accueillies
Les solutions d'accueil pour les handicapés bien accueillies - © Flickr - Zigazou76

Le Groupe d'Action qui dénonce la Manque de Places pour les personnes handicapées de grande dépendance (GAMP), interrogé par l'agence Belga vendredi, s'est dit satisfait de la décision du Comité des ministres du Conseil de l'Europe mais également de la réaction de la Flandre, la Wallonie et la Région bruxelloise.

"Après huit ans de sensibilisation et d'actions, nous sommes satisfaits que les autorités prennent enfin leur responsabilité", réagit Cinzia Agoni, du GAMP. "C'est malheureusement dommage d'avoir dû entreprendre une action en justice. On aurait préféré ne pas en arriver là."

Le GAMP salue également les budgets attribués pour le problème d'accueil pour les personnes handicapées, à savoir 4,5 millions d'euros pour la Wallonie et 1,75 million pour la Région bruxelloise. "On aurait peut-être préféré plus d'argent de la part de la Région bruxelloise, mais il y a beaucoup d'autres secteurs qui ont besoin d'argent, on est donc satisfait", précise Cinzia Agoni.

Le GAMP n'exclut toutefois pas que des parents, de leur propre chef ou via le soutien de certaines associations, assignent l'État belge en justice avec des demandes d'astreinte si leurs enfants n'ont pas une place rapidement.

C'est d'ailleurs ce qu'a décidé de faire l'organisation flamande Zorggebruikers.be. L'organisation considère que la décision du Comité des ministres "est un énorme soutien pour les parents qui sont sur des listes d'attente". Elle a d'ailleurs planifié une série de procès en référé.

"Le Conseil de l'Europe montre que la Flandre prend ses responsabilités",selon Jo Vandeurzen

Le Conseil de l'Europe reconnaît dans sa résolution du 16 octobre que la Flandre prend ses responsabilités envers les personnes handicapées, a affirmé vendredi le ministre flamand du Bien-être, de la Famille et de la Santé, Jo Vandeurzen.

Le Comité des ministres du Conseil de l'Europe demande à la Belgique dans cette résolution de transformer ses intentions en actions concrètes.

"Le Comité des ministres a clairement mentionné et reconnu les mesures prises par la Flandre dans sa résolution et montre explicitement que la Flandre prend ses responsabilités envers les personnes handicapées, qui ont un besoin évident de soutien", a expliqué Jo Vandeurzen (CD&V).

Le ministre flamand du Bien-être est également d'accord avec le Comité des ministres sur le fait "qu'il soit intolérable que des personnes ayant un besoin urgent de soutien doivent attendre longuement pour obtenir une offre d'accueil appropriée".

Jo Vandeurzen renvoie enfin à la réorganisation du système et au déploiement de moyens supplémentaires. "Nous mettons en place une nouvelle politique claire sur plusieurs fronts qui doit modifier profondément le système actuel de prise en charge des personnes handicapées", a-t-il souligné.

L'Awiph et la VAPH positives

L'Agence wallonne pour l'Intégration des Personnes handicapées (Awiph) et l'Agence flamande pour les Personnes avec un Handicap (VAPH) jugent aussi positive la résolution adoptée par le Conseil de l'Europe.

"Cette résolution est positive concernant l'approche de la Belgique envers les personnes handicapées et aucun ajustement dans la politique n'est demandé", indique la VAPH dans un communiqué vendredi. "Nous voulons maintenant mettre ces mesures en place pour avancer", explique l'Awiph, interrogée par l'agence Belga.

"Le problème du vieillissement de la population crée un goulot d'étranglement pour les jeunes personnes handicapées", précise l'Awiph. "La société est entrée dans un nouveau paradigme qui doit favoriser l'intégration dans la société des handicapés légers et modérés, pour laisser la place dans les institutions aux handicapés lourds".

En ce qui concerne les budgets, l'Awiph s'estime "privilégiée, parce que nous n'avons pas eu de coupe dans les budgets. La Wallonie a d'ailleurs prévu 4,5 millions d'euros pour la prise en charge des personnes handicapées dans son budget 2014".

Pour la VAPH, il ne faut cependant pas encore crier victoire. "La situation n'est pas encore en ordre. Les listes d'attente pour la prise en charge des personnes handicapées sont encore là. Mais chaque année nous tentons d'offrir des solutions pour ces personnes", précise l'Agence flamande. "Et pour ceux qui ne bénéficient encore d'aucune aide, il y a toujours une aide accessible quelques heures ou quelques jours par an,pour reprendre son souffle."

Le service bruxellois PHARE (Personne Handicapée Autonomie Recherchée) n'était, de son côté, pas joignable vendredi.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK