Les rédactions TV belges s'entendent pour limiter les contacts lors des reportages sur le terrain

Pour éviter ce genre de situations en pleine pandémie, les rédactions TV belges s’entendent pour limiter les contacts lors des reportages sur le terrain.
Pour éviter ce genre de situations en pleine pandémie, les rédactions TV belges s’entendent pour limiter les contacts lors des reportages sur le terrain. - © ERIC LALMAND - BELGA

Cela avait déjà été le cas en mars, lors du confinement. Et même si les gestes barrières se sont largement imposés dans le milieu journalistique depuis le début de la crise, il est apparu utile aux différentes rédactions des chaînes de télévision belges de repréciser les bonnes pratiques et de se mettre d’accord sur les dispositifs à mettre en œuvre pour éviter la promiscuité sur le terrain lors des reportages, principalement lors réunions politiques comme les comités de concertation.

Les responsables des rédactions de la RTBF, de la VRT ont discuté par téléphone de la meilleure manière de collaborer et coexister sur le terrain lors de la couverture des réunions de gestion de la crise corona par les autorités politiques. Les chaînes privées RTL et VTM ont aussi été appelées à s’inscrire dans la même démarche. Le contexte sanitaire et les mesures de distanciation qui demandent de limiter les contacts physiques requièrent une autre organisation des équipes sur le terrain. Il serait déraisonnable de procéder comme on le faisait avant la crise du Coronavirus, lorsque plusieurs caméramans, et au moins autant de journalistes s’agglutinaient autour d’un ministre pour recueillir ses propos à la sortie d’un conseil des ministres.

Eviter la concurrence et s’échanger les enregistrements d’interviews

Dès lors, à chaque fois que la présence d’équipes de plusieurs chaînes sera nécessaire simultanément, comme les conseils des ministres, les réunions de crise liées au coronavirus, les responsables des chaînes ont convenu d’un ensemble de règles de fonctionnement. " Ce qui a été convenu, c’est de veiller à ce qu’il n’y ait pas de course à l’interview entre médias, aux entrées et aux sorties de réunions politiques du type Comité de concertation ou Conseil national de sécurité, parce que dans ces situations, il y a plusieurs micros, les caméramans sont côte à côte. Il faut travailler à respecter la distanciation physique entre les différentes équipes de télévision ", explique Frédéric Gersdorff, Directeur-adjoint de l’Information à la RTBF.

Le monde politique a un rôle à jouer pour garantir le respect des distances

Dans la pratique, chaque équipe de reportage évitera les bousculades pour réaliser une interview et attendra son tour. S’il est impossible que chacun réalise son interview, l’idée est qu’une des équipes réalise l’interview, si besoin en français et en néerlandais, et la mette à disposition des autres chaînes. Pour les conférences de presse, une mutualisation des moyens techniques est aussi prévue.

Dans cette optique, les rédactions des chaînes belges demandent aux personnalités politiques de jouer le jeu et de s’inscrire dans la même logique. Les rédactions attendent de ces personnalités qu’elles " n’attisent pas la concurrence entre médias ", explique Frédéric Gersdorff. Une communication a été faite au 16 rue de la Loi pour avertir les responsables politiques du souhait des rédactions.

Sécurité et exemplarité

Même si un dispositif semblable était déjà de mise lors du premier confinement, il est apparu utile de taper sur le clou, pour éviter de voir tel ou tel ministre en interview sans masque ou des journalistes se pressant pour obtenir une interview. " Il est très important que les journalistes sur le terrain respectent les règles sanitaires pour leur propre sécurité et pour l’image que cela renvoie auprès des téléspectateurs. Il y a une forme d’exemplarité à avoir dans le comportement des journalistes et des équipes sur le terrain", conclut Frédéric Gersdorff, Directeur-adjoint de l’Information à la RTBF.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK