Les rapports restent très tendus entre Charles Michel et le PS

Laaouej et Michel, pas vraiment sur la même longueur d'onde.
2 images
Laaouej et Michel, pas vraiment sur la même longueur d'onde. - © Tous droits réservés

Le PS et le MR sont désormais ensemble au pouvoir au niveau wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ils seront aussi normalement ensemble lorsqu’un gouvernement fédéral sera formé. Mais quand ? A ce sujet, c’est toujours aussi flou, nébuleux et vu de l’extérieur, fermé. Malgré ce contexte marqué par un rapprochement évident entre rouges et bleus, Charles Michel, en tant qu’ancien Premier ministre, a montré les dents vis-à-vis du PS ce samedi matin dans des interviews données aux journaux du groupe Rossel.

" Le PS a une vision conservatrice sur le plan économique et social"

Charles Michel dresse un bon bilan du travail effectué par son gouvernement. "La Belgique, dit-il, est plus forte économiquement avec 290.000 emplois créés." Il explique aussi dans les interviews qu’il referait le même choix qu’il y a 5 ans, en s’alliant avec la N-VA. " En quelques semaines, le gouvernement était formé." Et c’est là qu’il tacle le PS. " Cela n’aurait pas été possible avec le PS qui a une vision conservatrice de ce qui est nécessaire sur le plan économique et social." Et le futur président du Conseil européen d’expliquer que sur le plan social, son bilan est meilleur que celui du gouvernement précédent dirigé par le socialiste Elio Di Rupo. Enfin, Charles Michel estime que si la formation du nouveau gouvernement traîne, c’est à cause du PS et de la N-VA. " Je trouve, dit-il, leur nonchalance coupable depuis 5 mois."

" Charles Michel fait preuve d’indécence"

Au PS, les réactions n’ont pas tardé après les propos de Charles Michel. Pour Ahmed Laaouej, chef de groupe socialiste à la Chambre," Charles Michel fait preuve d’indécence." Et le socialiste de cibler avec force et fracas la politique menée par le gouvernement Michel durant 5 ans. " Charles Michel a été l’homme de l’échec sur le plan économique et social, il laisse une situation budgétaire catastrophique et un budget de la Sécu en déficit. Il est mal placé pour faire la leçon. D’autant plus qu’il a été l’homme du renoncement sur les valeurs démocratiques en laissant faire la N-VA de Francken." Pour Ahmed Laaouej, l’ancien Premier ministre essaie " de s’autoglorifier et de blanchir un bilan assez sombre." Mais, côté socialiste, on évite de tout mélanger et de cibler le MR, expliquant que les propos de Charles Michel sont de sa seule responsabilité. En attendant, à lire et à entendre les uns et les autres, on se croirait en pleine campagne électorale.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK