Les propriétaires de panneaux photovoltaïques paieront pour l'utilisation du réseau électrique (mais pas tous)

Pas de tarif de prélèvement pour les ménages wallons qui ont installé des panneaux photovoltaïques ces dernières années
Pas de tarif de prélèvement pour les ménages wallons qui ont installé des panneaux photovoltaïques ces dernières années - © Jonas Hamers / ImageGlobe

On appelle ça le tarif "prosumer", et son ombre plane sur la Wallonie depuis plusieurs années. Il devrait finalement bien voir le jour, mais pas pour tout le monde. Explications.

Le principe

Il s’agit de faire payer les ménages qui ont installé des panneaux photovoltaïques sur leur toit (les prosumers), et qui utilisent dès lors le réseau électrique pour y injecter (ou puiser) une partie de leur production.

Le régulateur wallon de l’énergie (la CWAPE) y est favorable. "Le prosumer ne contribue pas au financement du réseau à hauteur de l’utilisation qu’il en fait, peut-on lire en substance sur son site internet. Il peut injecter gratuitement son énergie dans le réseau, mais il est équitable qu’il participe aux frais du réseau lorsqu’il prélève de l’énergie qu’il n’a pas produite lui-même".

Coût estimé : environ 400 euros par an en moyenne pour chaque famille qui dispose de panneaux. Les gestionnaires de réseaux (comme ORES et RESA) s’apprêtaient à envoyer les premières factures en 2020.

Respect des engagements

Mais de son côté, le ministre régional de l’Energie a toujours été défavorable à cette mesure. Il présentera donc ce jeudi à ses collègues un projet de décret qui exonèrera de ce tarif prosumer ceux qui ont déjà installé leurs panneaux. Et ça réjouira quand même plus de 140 000 ménages wallons…

"Je ne veux pas d’effet rétroactif, explique Jean-luc Crucke (MR). Les citoyens attendent d’un gouvernement qu’il respecte les engagements pris. C’est une question de confiance. Si nous modifions la législation, ça ne concernera pas le passé, mais uniquement le futur. A l’avenir, chaque ménage saura à quoi s’attendre pour son installation".

Le fameux tarif de prélèvement ne concernera donc que les panneaux installés et agréés après le 1e juillet 2019.

La CWAPE n’a pas encore officiellement pris connaissance de ce projet de décret, mais il est clair qu'elle ne le voit pas d’un bon œil.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK