Les ports belges "importent" la moitié de la cocaïne en Europe

Stand officiel près d'un sous-marin utilisé pour transporter illégalement des drogues à Aldan, dans le nord-ouest de l'Espagne, le 27 novembre 2019. La police espagnole a saisi un sous-marin d'environ 20 mètres (65 pieds) de long, chargé de plusieurs tonnes de cocaïne au large des côtes de la région.
Stand officiel près d'un sous-marin utilisé pour transporter illégalement des drogues à Aldan, dans le nord-ouest de l'Espagne, le 27 novembre 2019. La police espagnole a saisi un sous-marin d'environ 20 mètres (65 pieds) de long, chargé de plusieurs tonnes de cocaïne au large des côtes de la région. - © LALO R. VILLAR - AFP

Les chiffres des saisies opérées en 2019 par le Programme de contrôle des containers confirment que la Belgique est la principale porte d'entrée de la cocaïne sur le continent, rapporte Le Soir mardi sur base des informations partagées par le patron belge du PCC, Bob Van den Berghe.

"Les unités du PCC ont saisi plus de 77 tonnes de cocaïne dans les pays "sources". Environ 63 tonnes étaient destinées à l'Europe et 31 pour les ports belges", détaille Bob Van den Berghe, un ancien policier anversois devenu coordinateur de ce programme commun à l'ONU et à l'Organisation mondiale des douanes, et présent dans une quinzaine de pays d'Amérique du Sud. 31 tonnes devaient donc débarquer dans les ports belges de Zeebruges et, surtout, Anvers.

Sur le marché de détail, les 63 tonnes interceptées en 2019 par les unités du PCC avant de parvenir en Europe vaudraient au bas mot 3,5 milliards de dollars.

A noter que le PCC n'est pas présent dans tous les ports d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud, les pays "sources". La quantité totale de produits saisis qui étaient destinés à la Belgique sera donc plus importante encore.

Début 2019, nous vous annoncions déjà une année 2018 record (sujet JT):

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK