Les pirates somaliens prêts à libérer le Pompei?

RTBF
RTBF - © RTBF

Plusieurs sources semblent l'indiquer, la libération du bateau belge le Pompéi, capturé par des pirates somaliens voici deux mois, serait proche. La rançon aurait été payée.

Hier, lors d'une conversation par téléphone satellite, un pirate somalien l'a affirmé à l'agence Reuters. Il y a un accord sur la somme demandée. La rançon versée serait 2 800 000 dollars et le bateau pourrait, dès lors, être libre dès aujourd'hui.

Le journal De Morgen explique lui aussi ce matin qu'un accord est proche mais les négociateurs belges seraient quand même plus prudents. Il y a encore une zone de doute au sujet du versement de la rançon.

Le 18 avril, le navire belge Pompei des sociétés De Nul et Deme avait été capturé par des pirates au nord des Seychelles. Il a été dirigé vers la Somalie, où il est toujours ancré à trois kilomètres des côtes avec ses dix membres d'équipage. Parmi eux, on compte deux Belges, un officier qui habite Blankenberghe et le  second, un Ostendais, ainsi qu'un capitaine néerlandais, trois Philippins et quatre Croates. Ce navire récent (il date de 1988), de 65 mètres de long et de 1850 tonnes, est spécialisé dans l'enrochement, c'est à dire le transport et la pose de rochers pour protéger les pipelines. Il devait opérer en Afrique du Sud devant le port de Durban.

Pour garantir la sécurité de l'équipage, le centre de crise fédéral à se montrer prudent. Pas de confirmation ou d'infirmation tant que l'équipage n'est pas en sécurité. C'est donc l'attente, une attente qui, aux dernières nouvelles, pourrait aussi buter sur des problèmes pratiques : le bateau manquerait de carburant pour repartir. En outre, se pose aussi la question d'une possible escorte par des militaires belges.

(M.S. avec Michel Lagase)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK