Les pensions les plus basses devraient augmenter de 22,5% sur 4 ans, la "pension à points" abandonnée

Les pensions les plus basses devraient augmenter de 22,5% sur 4 anstemporary-20201113110909
Les pensions les plus basses devraient augmenter de 22,5% sur 4 anstemporary-20201113110909 - © THIERRY ROGE - BELGA

La nouvelle ministre des pensions, Karine Lalieux, présentait ce matin à la Chambre, les grandes lignes de la politique du gouvernement fédéral en matière de pension. Elle a aussi répondu aux questions de la RTBF.

Elle annonce une réforme structurelle pour septembre 2021, une réforme qui sera menée " en concertation, insiste-t-elle, avec les partenaires sociaux ".

Mais d’ores et déjà, il y a un accord du gouvernement pour les pensions les plus basses.

Elles seront, tout comme la GRAPA (la garantie de revenus aux personnes âgées), augmentées de 22,5% d’ici 2024. " Cela concernera quelque 815.000 personnes " explique Karine Lalieux. Pour cela le gouvernement a déjà prévu une enveloppe budgétaire de 1 milliard 8, qui s’ajoutera à l’indexation automatique et à l’enveloppe bien être que le gouvernement dégage chaque année pour les allocations les plus basses, pour financer cette augmentation.

La pension minimum pour une personne isolée " sera progressivement relevée pour atteindre 1500 euros net pour une carrière complète " assure la ministre dans son exposé à la Chambre.

Quant à la GRAPA, et les contrôles de résidence délégués à la Poste (contrôles suspendus pour cause de pandémie), la ministre s’interroge : " la mesure est-elle réellement proportionnelle face aux objectifs ? Le dossier sera donc évalué.

Le premier pilier, une priorité

La priorité, ce sera le premier pilier: " Nous allons travailler à renforcer ce premier pilier car c’est lui qui assure la solidarité et qui assure un minimum à chacun ".

En 2019, 49,2 milliards d’euros ont été dépensés pour les pensions, tous régimes confondus. Un montant qui cache cependant, selon Karine Lalieux, le fait qu’en Belgique la moyenne des pensions légales soit très faible. Et de citer les chiffres : " 1330, 6 euros brut pour les hommes, et 1191,3 euros brut pour les femmes ". Une pension légale belge parmi les plus basses en Europe.

Le deuxième pilier n’est pas oublié: la ministre entend le généraliser, mais en toute transparence, dit-elle, " sur les coûts et sur les revenus ".

Age de la pension

Pas question toutefois de revenir sur l’âge légal de la pension. Le gouvernement fédéral ne reviendra pas ici sur la réforme du gouvernement Michel, soit 66 ans en 2025 et 67 ans en 2030.

Mais la réforme des pensions annoncée pour septembre, " sera intimement liée avec l’aménagement des fins de carrière". Ici des pistes sont sur la table, comme la pension à temps partiel, ou les crédits temps. " Nous attendons les propositions des partenaires sociaux ", explique la nouvelle ministre. Par exemple aussi sur la notion de pénibilité qui devrait permettre à certains de pouvoir décrocher plus tôt.

Si l’âge légal de la pension n’est pas revu à la baisse, par contre la pension à points voulue par le précédent ministre des pensions, Daniel Bacquelaine, " n’est plus à l’ordre du jour " assure Karine Lalieux. La ministre qui entend aussi réintroduire le Bonus pension, supprimé sous la précédente législature, et ce pour les salariés, les indépendants et les fonctionnaires.

Elle n’en dira pas plus, refuse ce qu’elle appelle les effets d’annonce, et veut travailler dans la discrétion avec les partenaires sociaux. " Il faut rétablir la confiance, rompue par les effets d’annonces du précédent gouvernement "

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK