Les Pays-Bas, refuge pour les criminels belges?

Une partie de ces Belges resteraient en toute impunité aux Pays-Bas parce qu'ils auraient obtenu la nationalité néerlandaise. Ernst Hirsch Ballin a répliqué devant le parlement que des étrangers avec un passé criminel ne reçoivent "en principe jamais" la nationalité néerlandaise. Si un criminel étranger a menti sur son passé, sa nouvelle nationalité peut lui être retirée durant une période de douze ans, a précisé le ministre.

L'hebdomadaire flamand 'P-magazine' avait indiqué en début d'année que des criminels belges avaient pu s'établir en toute impunité aux Pays-Bas car Bruxelles et La Haye n'ont pas conclu de traité sur l'exécution réciproque des peines. Les Pays-Bas n'extradent pas leurs ressortissants s'ils doivent purger une peine infligée par un tribunal étranger. Ils ont toutefois conclu des accords avec de nombreux pays sur l'exécution, dans une prison néerlandaise, de peines imposées à l'étranger. Mais le traité conclu dans ce but avec la Belgique n'est pas encore entré en vigueur.

"Les Pays-Bas insistent depuis longtemps auprès la Belgique pour la ratification de ces traités", a ajouté Ernst Hirsch Ballin. Il a toutefois indiqué à la deuxième Chambre que la Belgique avait entamé la procédure.

(Belga)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK