Les opérations militaires belges en 2021: Moyen-Orient, Sahel, pays baltes et retrait d'Afghanistan

Retrait d'Afghanistan dans les prochains mois, poursuite de la présence militaire au Moyen-Orient, renforcement au Sahel au nom de la lutte contre le terrorisme et dans les pays baltes pour dissuader la Russie, escorte du porte-avions français Charles de Gaulle en Méditerranée et dans le Golfe persique et aide à la Nation: tels sont les grands axes du plan d'opérations pour l'armée belge en 2021 présenté mercredi par la Défense.

"La Défense continuera à assumer ses missions avec deux priorités opérationnelles majeures: l'appui à la Nation et à la société civile et l'engagement dans les opérations militaires ou humanitaires à l'étranger", a résumé la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder (PS), en commission de la Chambre.

Selon Mme Dedonder, les déploiements de la Défense s'inscrivent dans le cadre de la dissuasion et de la défense collective (dans le cadre de l'Otan), la sécurité collective et la protection des ressortissants ou des intérêts belges à l'étranger, l'assistance sur le territoire national si des crises ou des urgences le nécessitent ou lorsque des capacités de défense spécifiques sont nécessaires. "Aujourd'hui, le soutien de la Défense dans le contexte de la pandémie Covid est prioritaire", insiste-t-elle toutefois.

La note de la ministre précise que la Belgique "reste un partenaire fiable sur la scène internationale au travers d'une capacité déployable et d'une contribution pertinente à la sécurité collective de nos partenaires et citoyens".

La principale innovation est la mise à l'étude du déploiement d'une compagnie de combat - un CATSG en jargon - forte de 250 militaires au Mali à partir d'octobre 2021 pour participer à l'opération antiterroriste française Barkhane.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK