Les nouveaux écrans pour le vote électronique sont-ils trop sensibles?

Vote électronique: un écran tactile trop sensible?
Vote électronique: un écran tactile trop sensible? - © Archive Belga/DIRK WAEM

Lors du scrutin de dimanche, des ordinateurs utilisés pour voter en Flandre ont offert des voix. Les écrans tactiles étaient trop sensibles dans certains bureaux. Voilà de quoi donner du grain à moudre aux opposants au vote électronique.

Comme l'explique De Standaard, ces dysfonctionnements ont causé des situations parfois complètement inattendues. C’est ainsi qu’à Anvers Nick De Wilde, un candidat totalement inconnu du Vlaams Belang s'est retrouvé avec près de 800 voix de préférences en plus que Bruno Valkeniers, le président de son propre parti. Et il est élu au conseil communal sans avoir fait la moindre campagne.

Ce couac est dû apparemment à des écrans d'ordinateurs trop sensibles. Les électeurs qui appuyaient soit trop fort, soit deux fois par accident sur la liste d'un parti offraient un vote de préférence à un candidat. Les bénéficiaires inattendus de ces bonus dépendent en fait de l'endroit où l'électeur a appuyé.

Au final ces dysfonctionnements n'ont eu aucun impact sur le rapport de force entre les partis. En revanche, c'est entre candidats d'une même liste que les résultats ont été biaisés. Mais aujourd'hui, personne ne sait trop quoi faire. Du point de vue juridique il n'y a pas vraiment de recours possible puisqu'il s'agit d'une erreur d'utilisation.

Geert Bourgeois: la démocratie a été respectée

Le ministre flamand des Affaires intérieures Geert Bourgeois ne croit pas que des erreurs soient dues au fait que l’électeur a appuyé trop longtemps sur l’écran tactile. Interrogé par Deredactie.be, il explique que l’entreprise qui a fourni les appareils a encore testé le système après le scrutin. Ce problème n’est jamais survenu lors des 85 000 tests effectués par PricewaterhouseCoopers, selon lui. Tout s'est déroulé de façon démocratique, dit-il.

L’association PourEVA, qui milite pour une éthique du vote électronique, affirme que des problèmes ont également été constatés à Bruxelles, comme l’explique à la RTBF son porte-parole David Glaude : "Ce sont exactement les mêmes ordinateurs et les mêmes écrans tactiles qui sont tout aussi sensibles. Un ancien bourgmestre bruxellois qui a testé le système a rapporté que des gens se sont plaints que, après avoir sélectionné la langue (française ou néerlandaise), ils ont cliqué directement sur le parti qui se trouvait sur l’écran suivant. Ils ont eu des difficultés pour trouver où voter pour le parti désiré. Ils ont eu l’impression qu’on leur a imposé de voter pour un parti".

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir