Les négociateurs examinent la loi sur le départ de combattants à l'étranger

Cela signifierait "qu'il y aurait une sanction pour être allé combattre dans une armée étrangère en territoire étranger", a commenté le député, parlant d'une sanction "lourde".

L'activation de la loi doit aussi être considérée avec un volet préventif, fait-il observer.

En Belgique, où les départs sont recensés depuis 2012, le ministère de l'Intérieur estime qu'entre 300 et 350 résidents belges sont ou ont été impliqués dans le djihad. Ces personnes sont revenues, ont été tuées, ont tenté de partir ou sont parties combattre sur le territoire syrien.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK