Les mutualités rejettent le budget 2017 des soins de santé

 "Avec cette coupe sombre, le gouvernement limite la croissance du budget pour 2017 à 0,5%. En 2014, il s'était pourtant engagé à respecter une trajectoire budgétaire de croissance annuelle, déjà réduite mais stable, de 1,5% jusqu'en 2019", précises les mutualités.
"Avec cette coupe sombre, le gouvernement limite la croissance du budget pour 2017 à 0,5%. En 2014, il s'était pourtant engagé à respecter une trajectoire budgétaire de croissance annuelle, déjà réduite mais stable, de 1,5% jusqu'en 2019", précises les mutualités. - © Belga

Réunies en conseil général lundi après-midi, les unions nationales des mutualités (chrétienne, socialiste, libre, libérale et neutre) et les syndicats ont rejeté le budget des soins de santé 2017 proposé par le gouvernement, impliquant une économie totale de 902 millions euros. "Ce gouvernement accélère encore la dérive vers une médecine à deux vitesses. C'est un recul social jamais vu depuis 10 ans", déplorent les mutualités dans un communiqué commun.

"Avec cette coupe sombre, le gouvernement limite la croissance du budget pour 2017 à 0,5%. En 2014, il s'était pourtant engagé à respecter une trajectoire budgétaire de croissance annuelle, déjà réduite mais stable, de 1,5% jusqu'en 2019", précisent-elles.

Les mutualités pointent "la répartition inégale" des nouvelles économies à réaliser. "Un tiers des trois milliards d'économies prévues se font sur le dos de la sécurité sociale, des patients, des prestataires et des allocataires sociaux. Les épaules les plus larges devraient porter la plus grande partie des efforts et pas l'inverse", affirment-elles. Selon les mutualités, "une norme de croissance aussi limitée ne permettra pas de dégager de marge pour investir dans l'avenir et conduire une politique de santé offrant des réponses innovantes aux nouveaux besoins de la population".

Il y a deux semaines, le comité d'assurance de l'INAMI avait approuvé une proposition de budget prévoyant 660 millions d'euros d'économies. Les mutualités chrétiennes avaient appuyé cette proposition au motif qu'elle n'affecterait pas les patients, mais les mutualités socialistes s'étaient abstenues. Le président de la mutualité chrétienne Luc Van Gorp avait averti: "si le gouvernement soumet des économies supplémentaires, le patient le sentira". 

Rejet du Conseil général de l'Inami

Mais le Conseil général de l'Inami a rejeté le budget 2017 des soins de santé proposé par le gouvernement fédéral, ont indiqué lundi les unions nationales des mutualités (chrétienne, socialiste, libre, libérale et neutre) représentées au sein de cet organe. Réuni ce lundi, le Conseil devait se prononcer sur les 902 millions d'économies prévues par le gouvernement Michel dans les soins de santé.

Malgré l'appui du banc des employeurs, le gouvernement n'a pas réussi à réunir une majorité simple pour soutenir sa proposition de budget. Le résultat des votes a été de 10 voix "Pour" (cinq voix représentant le gouvernement et cinq pour les employeurs), 10 voix "Contre" (les mutualités et les syndicats) et une abstention (le président du Conseil général).

Etant donné que le vote n'a pas permis de dégager de majorité, il revient désormais au gouvernement seul de décider du cadre budgétaire pour les soins de santé en 2017. L'équipe de Charles Michel devrait se pencher sur la question lors du conseil des ministres de vendredi, a-t-on appris auprès du cabinet de la ministre de la Santé, Maggie De Block.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK