"Des musulmans ont dansé après les attentats": la polémique enfle, Jan Jambon persiste

Charles Michel cautionne-t-il les propos de Jan Jambon?, demandent Ahmed Laaouej et Emir Kir
Charles Michel cautionne-t-il les propos de Jan Jambon?, demandent Ahmed Laaouej et Emir Kir - © AURORE BELOT - BELGA

Le député fédéral PS Ahmed Laaouej et le député fédéral Emir Kir ont demandé dimanche si le Premier ministre Charles Michel cautionnait des propos controversés du ministre de l'Intérieur Jan Jambon sur l'attitude qu'il prête à une partie de la communauté musulmane en réaction aux attentats de Bruxelles.

Toutes les personnes qui prennent part ce dimanche à la marche contre la terreur dans les rues de Bruxelles "disent non à M. Jambon, qui veut diviser la société belge", a affirmé Emir Kir, interrogé par Belga. Il évoque une interview du ministre N-VA parue samedi dans De Standaard, dans laquelle Jan Jambon estime qu'"une partie significative de la communauté musulmane a dansé à l'occasion des attentats".

Pour l'ancien président des FDF Georges Clerfayt, ces mêmes déclarations de Jan Jambon sont "fantaisistes, mais accusatrices" et "gravissimes", a-t-il écrit dans deux deux messages publiés sur Twitter. Ce sont en outre des propos "purement gratuits (imaginaires), puisqu'il ne prouve rien, pas de photos, pas de témoignages". Georges Clerfayt l'appelle dès lors à s'expliquer à la Chambre.

Des partenaires qui doivent s'expliquer

Les partis de la majorité gênés aux entournures? Jan Jambon est un habitué des sorties fracassantes. Mais celles-ci semblent mettre certains dans l'embarras. Interrogé à ce propos ce dimanche par notre journaliste, Olivier Chastel, président du MR a perdu son sourire. Regardez plutôt:

Pour Kris Peeters, la réaction est plus immédiate, en tous cas sur les réseaux sociaux. Le vice-Premier CD&V apparaît dans une vidéo Périscope, partagée par Kenza Yacoubi (PS). Elle a interrogé ce dernier, et pour Kris Peeters, "ce n'est pas le moment de 'polariser' du tout. Cela peut polariser le débat, ce n'est pas très intelligent". Il ajoute être présent à la marche contre la haine et la terreur de ce dimanche en tant qu'"homme solidaire".

Regardez cette déclaration dans la vidéo ci-dessous:

"Ce sont des faits"

Habitué, lui aussi, des sorties quelques peu polémiques, le secrétaire d’État à l'Asile et aux Migrations, Theo Francken (N-VA) semblait voler au secours de son collègue, en pointant les commentateurs de la marche contre la haine organisée à Bruxelles ce dimanche :

En France, un éditorialiste estimait, lui, que l'"extrême-droite est arrivée au pouvoir" en Belgique. Une polémique appelée à enfler encore? Le ministre de l'Intérieur N-VA ne veut pas se dédire. Il a affirmé à notre journaliste ce dimanche: "Ce sont des faits".

Dont acte ?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK