Les militaires protestent à l'occasion de la Fête du Roi

Ce jeudi matin, jour de la Fête du Roi, la délégation des militaires du SLFP Défense s'est rassemblée à la gare centrale à Bruxelles. L'action se veut avant tout symbolique, ce n'est donc pas une manifestation.

Entre deux militaires, un mannequin, couché sur une civière, représente un soldat. "Il s’appelle Statut et il est blessé", explique Boris Moranville, porte-parole du syndicat SLFP. "On essaie de sauver le statut parce qu’il est détricoté actuellement par l’harmonisation en général du gouvernement qui a du mal à comprendre la spécificité du métier militaire."

4 images
Le mannequin représentant un soldat mort © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Une dizaine d'entre-eux se sont ensuite rendus en costume civil au Te Deum avec simplement une écharpe à la couleur de leur syndicat.

4 images
Les militaires protestent à l'extérieur du Te Deum devant la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Vers 11h, une délégation d'environ 70 militaires s'est dirigée vers le Ministère de la Défense, où elle a scandé "Vive la Belgique" devant les bureaux du nouveau ministre de la Défense Sander Loones (N-VA). "Vive vous et tout ce que vous faites", a simplement répondu le nationaliste flamand. Le SLFP-Défense avait déjà rencontré M. Loones hier. Leurs discussions constituent "un bon préambule", a indiqué l'organisation syndicale, puisque le ministre a promis d'investir davantage dans le personnel. 

À l'issue de la visite au cabinet du ministre de la Défense, les militaires se sont rendus au cabinet du ministre des Pensions Daniel Bacquelaine. Sander Loones a qualifié cette initiative de "bonne idée". Mais lorsqu'ils y sont arrivés, les locaux étaient fermés à cause de la Fête du Roi.

4 images
Le prince Laurent devant le mannequin à la sortie du Te Deum à la Cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Les revendications portent sur le statut des militaires. Elles sont assez similaires à celles des policiers, notamment sur la question de la suppression des congés maladie et le recul de l'âge de la pension. "En 2030, la prochaine limite d'âge de la pension atteindra 67 ans", s'indigne Boris Moranville. "Pensez-vous encore réalisable de sauter d’un avion avec un parachute à 67 ans ? On peut et on doit harmoniser au sein de la nation mais il faut tenir compte de certains corps de sécurité : policiers, pompiers et défense."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK