Comité de concertation de ce vendredi : la réouverture des métiers de contact sur la table des discussions

Ce vendredi 5 février, les autorités vont se pencher sur une éventuelle réouverture des métiers de contacts, à l’arrêt depuis plusieurs mois. Une éventuelle réouverture est envisagée à partir du 13 février au plus tôt, moyennant des conditions sanitaires très strictes et à condition que la situation épidémiologique évolue favorablement.

Le Premier ministre, les principaux ministres du gouvernement fédéral et les ministres présidents des entités fédérées se réuniront par vidéoconférence.

Situation sanitaire qui se stabilise, oui mais…

Si la situation reste relativement favorable, pour le moment en Belgique, on observe néanmoins une hausse des contaminations notamment Wallonie et dans le Brabant Flamand. Mais ce sont aussi des zones où les tests ont augmenté.

Sur les chiffres consolidés, le nombre moyen d’infections au coronavirus est ainsi passé à 2363 par jour entre le 25 janvier et le 31 janvier (J-10 et J-4), indique ce vendredi l’Institut de santé publique Sciensano dans son bulletin épidémiologique quotidien. Cela représente une augmentation de 9% par rapport à la période de sept jours précédente.


►►► À lire aussi : Les organisations professionnelles réclament la réouverture des métiers de contact le 13 février, le PS et le MR favorables


Depuis quelques semaines, les chiffres de contaminations au Covid-19 stagnent. Entre le 28 janvier et le 3 février, 120 personnes en moyenne contaminées par le SARS-CoV-2 ont été admises chaque jour à l’hôpital en Belgique, ce qui représente une diminution de 5% par rapport à la période de sept jours précédents, selon les chiffres du bulletin épidémiologique quotidien de l’Institut de santé publique Sciensano publié jeudi.

Le taux de positivité, qui rapporte le nombre de cas au nombre de tests, est stable, alors que le nombre de tests effectués a augmenté de 11,98% par rapport à la semaine précédente. Quant au taux de reproduction, il est de 0,99 ce jeudi.

Vers un consensus ?

Néanmoins, plusieurs appels se sont fait entendre pour ne pas oublier la vigilance. C’était d’ailleurs le sens du propos du Premier ministre à la Chambre qui a tenu à mettre en garde : "Que les choses soient claires, si demain on décidait que certains métiers de contact non médicaux, du moins en partie, pouvaient rouvrir, il ne faut pas y voir l’annonce de toute une série de réouvertures et d’assouplissement. Que les choses soient claires ! La situation sanitaire ne le permettrait tout simplement pas."

C’était aussi le sens du propos de l’épidémiologiste Marius Gilbert, sur le plateau d’A votre avis, qui indiquait que "quelque soit la décision qui sera prise, et je ne préjuge absolument pas de celle-ci. Mais si c’est une décision d’ouverture, il faut vraiment que dans l’esprit des gens ce ne soit pas perçu comme un signal d’assouplissement généralisé".

Mais devant cette situation stable, voire légèrement favorable malgré le développement de quelques foyers et du variant britannique plus contagieux, un consensus s’est dégagé ces derniers jours en faveur d’une réouverture des professions de contact.

Côté francophone, le MR pousse depuis longtemps dans le sens d’une réouverture. Le président du PS Paul Magnette a lui aussi dit ce mercredi, sur La Première (RTBF), ses faveurs pour une reprise le 13 février, "avec des conditions extrêmement strictes qui ont déjà été fixées et acceptées par le secteur."

Parc d’attractions, centre de vacances, campings…

Outre les métiers de contact, les exploitants des centres de vacances, des campings et des zoos peuvent également s’attendre à de bonnes nouvelles. Le Conseil d’État a en effet donné raison à Recread, qui représente des exploitants de campings et parcs de vacances au nord du pays, dans un arrêt rendu mardi. La fédération avait introduit un recours fin janvier afin d’obtenir les mêmes conditions que les hôtels, bed & breakfast et maisons et appartements de vacances non collectifs à la Côte, qui ont pu, eux, rester ouverts. Le Conseil d’État "constate qu’à première vue, la ministre (de l’Intérieur) ne donne pas de justification adéquate" pour cette discrimination. Le comité de concertation se penchera dès lors sur les mesures à prendre afin de se conformer à cet arrêt du Conseil d’État.

Horeca

Pour les autres secteurs, comme l’horeca et l’événementiel, la prolongation de la fermeture se profile, l’objectif affiché par les autorités – atteindre un nombre d’infections inférieur à 800 par jour pendant un certain temps – n’étant pas rencontré.

Télétravail

La question du télétravail devrait également être mise sur la table des discussions ce vendredi. En effet, les autorités estiment que pour l’heure le télétravail n’est pas suffisamment mis en place là où pourtant ce serait possible. Pourtant, toujours en vigueur, la règle voudrait que le télétravail soit "obligatoire" chaque fois que cela est possible. Début janvier, les autorités annonçaient un renfort des contrôles.

La stratégie de vaccination discutée ce samedi

Le comité de concertation devrait enfin évoquer la problématique de la vaccination.

Une conférence interministérielle santé est convoquée à cet effet ce samedi. Celle-ci devrait notamment aborder la question des fonctions essentielles et sa définition.

Au cœur de cette définition, la question de savoir si les enseignants doivent être intégrés aux fonctions essentielles. Dans ce cas, ils pourraient se faire vacciner avant le reste de la population, c’est-à-dire au mois d’avril. Mais dans cette équation se pose aussi la question du vaccin d’AstraZeneca qui ne devrait pas être administré aux plus de 55 ans en Belgique. Une donnée qui pourrait bousculer les choses.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK