Les ménages ont du mal à payer leurs factures d'eau : mais quel est le prix de l'eau en Wallonie et à Bruxelles (infographies)?

La crise du coronavirus n’aide pas les ménages wallons et bruxellois qui peinent à boucler leurs factures. L’une d’elles concerne la consommation d’eau. Ce jeudi, au Parlement wallon, en Commission de l'Environnement, des juges de paix, économistes ou encore la direction d’Aquawal, l’Union professionnelle des acteurs du cycle de l’eau, parleront difficultés financières des usagers avec les députés. Aquawal appelle d'ailleurs dans un communiqué "à la mobilisation générale pour garantir l’accès universel à l’eau" et formule 20 propositions concrètes (à lire ici).

En Wallonie, on estime à 20% le nombre de ménages qui ont du mal à payer leur facture d’eau. "Pour certains foyers, c’est véritablement un casse-tête. Il y a des choix qui sont faits tous les mois", explique à la RTBF Sabine Wernerus de la Fédération des CPAS wallons. "Le niveau des revenus est trop faible", estime-t-elle pour pouvoir supporter les charges liées notamment à la consommation d’eau. Mais il y a aussi la qualité du logement qui présente souvent des fuites. Enfin, à ne pas négliger : le coût de l’eau en lui-même.

Il existe un Fonds social de l’eau, tant à Bruxelles qu’en Wallonie, pour aider les familles à faibles revenus, pas uniquement des personnes émargeant au CPAS. En Wallonie, l'enveloppe annuelle globale de quatre millions d’euros (1,8 million à Bruxelles) bénéficie à 10.000 ménages. L’an dernier, le gouvernement wallon a également prévu des chèques de 40 euros pour soulager les personnes impactées par le chômage économique.

Mais que recouvre votre facture d’eau ? Réponse.

Bruxelles

Commençons par la Région bruxelloise, qui compte un seul distributeur, Vivaqua, pour les 19 communes. La facture va dépendre de la composition du ménage et du volume d’eau consommé : c’est la tarification progressive, par tranche. La première est dite vitale (de 0 à 15 m3 par habitant par an), la suivante sociale (de 15 à 30 m3), puis la normale (de 30 à 60 m3) et enfin la tranche de confort (de 60m3 et plus).

La tarification va comprendre, comme l’explique l’intercommunale, "une redevance d’abonnement fixe par logement (NDLR : 25,23 euros TVAC), une composante variable couvrant les coûts de la distribution, une composante variable couvrant les coûts de l’assainissement communal (égouttage), une composante variable couvrant les coûts de l’assainissement régional (épuration)".

A Bruxelles, le Fonds Social est lui alimenté par une contribution de 0,03 euro "prélevée sur chaque mètre cube d’eau facturé. Ce montant est ventilé entre les CPAS de chaque commune associée au prorata du nombre de bénéficiaires du revenu d’intégration sociale (et équivalents) domiciliés dans la commune."

Wallonie

En Wallonie, il peut exister des différences. Tout d’abord, il n’existe pas un mais plusieurs opérateurs qui acheminent l’eau jusqu’aux foyers. L’intercommunale la plus importante est la SWDE, la Société wallonne des eaux, couvrant 190 communes. Mais il y a aussi l'AIEC, l'AIEM, la CIESAC, la CILE, In BW, l'IDEN… Le site d’Aquawal les répertorie toute et vous permet de connaître votre distributeur dans votre commune.

"Toutes les dépenses engagées pour la distribution d’eau potable et l’assainissement des eaux usées sont prises en compte dans l’établissement de votre facture d’eau. C’est ce que l’on appelle l’application du principe du 'Coût-Vérité' de l’eau", précise Aquawal.

Le Coût-Vérité de l’eau se compose du CVD, du Coût-Vérité pour la Distribution de l’eau et du CVA, le Coût-Vérité pour l’Assainissement des eaux usées. Le CVD est fixé par mètre cube, par chacun des opérateurs distribuant l’eau (à consulter sur le site de l’opérateur). Le CVA, lui, est fixé par la SPGE, la Société publique de Gestion de l’eau, pour l’ensemble des Wallons.

A cela s’ajoute encore une participation au Fonds social de l’eau de 0,0275 euro par mètre cube. "Il s’agit d’une contribution réclamée à chaque client. Le Fonds est destiné à intervenir dans le paiement des factures des consommateurs en difficulté de paiement", précise la SWDE. Enfin, il y a la TVA.

Arrive ensuite l’établissement de la facture comprenant une partie fixe d’abonnement et une partie calculée proportionnellement au volume consommé par le ménage. La redevance de base, c’est 20 CVD + 30 CVA + la TVA.

Si vous consommez entre 0 et 30 mètres cubes, vous paierez, en plus de la redevance de base, 0,5 CVD + le Fonds social + la TVA. De 30 à 5000 mètres cubes, c’est cette fois CVD + CVA + le Fonds social + la TVA. Au-delà de 5000 mètres cubes, la facture s’allège.

La facture d’eau représente 1% du revenu moyen des ménages, selon la Aquawal. Il n’empêche, pour nombre de familles, cela reste compliqué financièrement. Lorsque le coût de l’eau évolue à la hausse, c’est souvent en raison d’investissements. "Après avoir été utilisée, l’eau doit être assainie avant d’être rendue à la nature. Cette opération nécessite la construction et l’entretien de réseaux d’égouttage et de stations de traitement. Des infrastructures importantes et coûteuses rendues indispensables par les normes européennes", rappelle la SWDE chargée également d’entretenir les canalisations existantes (40.000 kilomètres).

"Chaque année", précise encore la société, "nous consacrons une partie importante de notre chiffre d’affaires au renouvellement des infrastructures. Cela concerne l’amélioration des installations de production et de distribution ainsi que la sécurisation de l’approvisionnement en eau." Enfin, "plus la consommation d’eau diminue, moins nous disposons de recettes pour financer nos services et travaux. En effet, 80% de nos dépenses sont fixes ! Si la consommation de nos clients diminue, les frais, malheureusement, demeurent."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK