Les médecins de prison poursuivent leur mouvement de grève

Le mécontentement des médecins ne date pas d'hier. Les médecins néerlandophones avaient déjà décidé en octobre dernier de ne plus maintenir leurs services de garde les week-ends et les nuits. Ils s'opposaient à la proposition de la ministre de supprimer l'indemnité de garde.

Pour le mouvement actuel, c'est l'ASBL IMAS, qui regroupe les médecins, dentistes et kinésithérapeutes exerçant dans le milieu carcéral, qui est à l'initiative. L'association réclame que les honoraires des prestations soient versés plus rapidement.

"On négocie toujours sur ce point", a indiqué une porte-parole de la ministre Turtelboom. "Jusqu'ici les médecins étaient payés maximum quatre mois après leurs prestations. Ils demandent aujourd'hui à ramener ce délai à deux mois", selon la porte-parole.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK