Actions syndicales à Bruxelles: entre 1000 et 1500 manifestants devant la FEB

La rue Ravenstein à Bruxelles était verte et rouge de monde vendredi matin dès 10h30, devant le siège de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB). Au rythme de Daft Punk puis des tambours, entre 1.000 manifestants, selon la police, et 1.500 selon les organisateurs étaient présents devant le siège de l'institution pour cette action menée en front commun syndical. Un petit groupe de gilets jaunes s'était également joint au mouvement, ainsi que des retraités du Gang des vieux en colère (GVC). Celui-ci prône "un blocage économique progressif et constant" au moyen d'arrêts de travail chaque 15e jour du mois à 15h pendant d'abord 15 minutes, puis 30, puis 45, etc. jusqu'à obtenir gain de cause.

Le rassemblement s'est fait dans la bonne humeur même si la façade du bâtiment de la FEB a été aspergée de peinture rouge.

"Devenir des zombies au travail, voilà notre perspective", a déclaré un représentant CGSLB. "La pénibilité est réelle, au lieu de le reconnaître les employeurs tirent sur la corde". Les revendications concernant le pouvoir d'achat, la pension à 65 ans, le crédit-temps à 55 ans et la prépension à 60 ans ont ensuite été soumises à l'applaudimètre

"On est fâché!", a résumé la déléguée FGTB Bruxelles Estelle Ceulemans. "Pour beaucoup de travailleurs, les fins de mois ne sont pas difficiles, elles sont tout simplement impossibles", a-t-elle martelé.

Dans la foule, les manifestants brandissaient des banderoles réclamant "une fin de carrière décente" ou dénonçant les inégalités sociales en lettres rouges et noires: "Pour les riches, le paradis fiscal, pour nous l'enfer social".

L'action devant le siège du patronat, organisée en front commun par la CSC, la CGSLB et la FGTB, se veut le point d'orgue d'une matinée de grèves à travers tout le pays. Les syndicats dénoncent la "déresponsabilisation" des patrons et les politiques "anti-sociales" du gouvernement.

Une délégation du front commun syndical devait rencontrer des représentants de la FEB à midi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK