Les lieux de cultes doivent-ils rouvrir ? "Les chiffres ne permettent pas de grand assouplissement", répond Van Quickenborne

Tandis que l’État belge a été épinglé par le Conseil d’État qui lui donne cinq jours pour intervenir en matière d’autorisation d’exercice des religions dans les lieux de culte. Interviewé par la RTBF ce mercredi matin, le ministre de la Justice, Vincent Van Wuickenborne, qui se penchera sur la question dans la journée affirme qu’il va devoir jouer un jeu d’équilibriste entre une potentielle réouverture des lieux de culte et les chiffres de contamination, qui sont repartis à la hausse.

"Je comprends que la liberté des religions est fondamentale", concède le ministre libéral flamand. "Je respecte aussi le droit à la protection de la santé des uns et des autres et donc il faut trouver un bon équilibre tout en sachant que les chiffres aujourd’hui ne permettent pas de grand assouplissement."


►►► À lire aussi : Coronavirus : 57% des francophones inquiets des conséquences négatives de la crise sanitaire sur leurs droits fondamentaux


Vincent Van Quickenborne organise ce mercredi à 14h une concertation avec les représentants des cultes reconnus afin de trouver "le juste équilibre entre la liberté de culte et la santé publique", a-t-il indiqué sur Twitter.

Le Conseil d’Etat a ordonné mardi, dans le cadre d’une demande en référé de membres de la communauté juive d’Anvers, que l’État belge modifie le régime interdisant l’exercice collectif du culte. Pour ce faire, l’institution administrative demande à l’Etat belge de modifier l’arrêté ministériel du 28 octobre 2020 "portant des mesures d’urgence pour limiter la propagation du coronavirus" au plus tard le 13 décembre.
 

Covid : les hospitalisations repartent à la hausse (JT du 08/12/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK