Les jeunes socialistes flamands créent le club des "mauvais" Flamands

On peut très bien être Flamand, et Belge, et Européen, et Citoyen du monde; nous n'acceptons pas d'être poussés dans la même case que celle de Flamands étriqués et non solidaires, a expliqué en substance la présidente d'Animo, Anke Gittenaer.

Pour elle, il est grand temps que les Flamands ayant une vision constructive de l'avenir se réunissent et fassent parler d'eux.

Pour passer de la théorie à la pratique, ils ont fondé jeudi le club des "mauvais" Flamands en proposant aux navetteurs flamands (et wallons) d'en devenir membres. Ils ont aussi distribué des badges portant la mention "Je suis un mauvais Flamand".

Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK