Les informateurs royaux sont-ils payés pour leur mission?

Les informateurs royaux sont-ils payés pour leur mission?
Les informateurs royaux sont-ils payés pour leur mission? - © ERIC LALMAND - BELGA

Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (sp.a), les informateurs royaux, ont rendu leur cinquième rapport au roi Philippe ce lundi 29 juillet. Prochains rendez-vous : les 17 août et 9 septembre. "Maintenant nous allons entrer dans le détail", a affirmé Didier Reynders lors d’une conférence de presse.

Cela fait donc deux mois, depuis le jeudi 30 mai, que le duo d’informateurs consulte tous azimuts pour voir comment une majorité peut-être dégagée – et avec quels partenaires – au niveau fédéral. Mais cette mission, qui ressemble fort à une suite de contrats à durée déterminée, est-elle rémunérée ? Non, pas en tant que telle en tout cas.

"Pas de moyen particulier"

Le rôle d’informateur est avant tout informel, rappelle Benjamin Biard, chargé de recherches au Centre de recherche et d’information socio-politiques (CRISP). Aucun texte de loi ne définit les contours de la fonction. En conséquence, "il n’y a pas de moyens particuliers ni humains, ni financiers mis à disposition de l’informateur", nous explique-t-il.

Didier Reynders dispose toujours de son salaire de ministre fédéral. Depuis le 9 décembre, c’est lui qui détient les portefeuilles de la Défense et des Affaires étrangères. Lors d’une émission de RTL-TVI pendant la campagne électorale, Didier Reynders ne faisait aucun mystère autour de sa rémunération en tant que ministre. "Il y a toujours, comme dans beaucoup de salaires, des indemnités etc. Donc on arrive à peu près à 11.000 euros net par mois", avait-il déclaré. Quant à Johan Vande Lanotte, il n’exerce plus aucun mandat électif ou exécutif.


►►► À lire aussi : Indemnités de sortie et salaire des députés, des montants trop élevés ?


La durée de la tâche a d’ailleurs été plus que variable depuis sa création en 1935 quand Léopold III désigna le premier informateur de l’histoire de la politique belge. En 2003, il ne s’écoula que 9 jours entre la nomination d’Elio Di Rupo comme formateur et le choix de Guy Verhofstadt pour devenir formateur du gouvernement.

Les informateurs version 2019 sont en passe de travailler plus longtemps que leur prédécesseur de 2014. Cette année-là, Bart De Wever (N-VA) est nommé formateur le 27 mai. Charles Michel et Kris Peeters lui succéderont un peu moins de deux mois plus tard en tant que formateurs.

Journal télévisé 29/07/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK