Les informateurs royaux continuent leur mission… au moins jusqu'au 1er juillet

Sans surprise, après une heure de rencontre, où les informateurs royaux Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (sp.a) ont fait leur deuxième rapport au Roi, les deux hommes ont rencontré la presse dans les locaux du Palais d’Egmont.

Par voie de communiqué, on avait déjà appris que leur mission compliquée était prolongée : "Sa Majesté le Roi a reçu en audience au Palais de Bruxelles Messieurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte. Les informateurs ont fait rapport au Roi. Sur leur proposition, la mission a été prolongée et ils feront à nouveau rapport au Roi le lundi 1er juillet. Ils continueront à œuvrer en vue de permettre la formation d’un gouvernement fédéral dans les meilleurs délais".

Didier Reynders et Johan Vande Lanotte ont alors expliqué comment ils avaient poursuivi leur mission depuis leur rapport (et leur point presse précédent) le 6 juin. Ils ont rencontré une série d’acteurs qu’ils n’avaient pas encore vus, par ex. le Bureau du Plan, ou les réseaux belge et wallon de lutte contre la pauvreté.

Surtout ils ont revu l’ensemble des partis, précise Didier Reynders, "encore utile en vue de jouer un rôle dans la formation d’un gouvernement fédéral", soit pas le Vlaams Belang, le PTB déjà exclus le 6 juin, ni le cdH qui a fait le choix de l’opposition a priori partout. Des consultations en tenant compte des exclusives des uns envers les autres, et en restant attentif à la manière dont les négociations évoluaient dans les différentes régions et communautés, comme demandé par le Roi dans la mission définie.

Les informateurs ont précisé qu’ils allaient revoir les présidents de partis d’ici le 1er juillet pour des "discussions approfondies" et voir comment les uns et les autres se positionnaient et avec quels partenaires sur une série de thèmes jugés majeurs : le budget et le nécessaire chemin pour un retour à l’équilibre sous cette législature, comment diminuer l’endettement chiffré – confirmation faire par Didier Reynders – à 11 milliards de déficit à l’horizon 2021…

Autres thèmes : la concertation sociale et comment l’organiser entre patrons, syndicats, gouvernement ; le marché du travail, la création d’emplois, le soutien aux entreprises, PME et start-up ; le soutien au pouvoir d’achat du citoyen ; les enjeux climatiques ; la lutte contre la pauvreté, l’accès soins santé ; mais aussi la sécurité, la justice ; les pensions, la politique migratoire…

Discrétion avant tout

Les consultations se poursuivront dans la discrétion, ""chacun étant conscient qu’il faut lancer au plus vite des négociations car en octobre, la situation changera, il faudra présenter un budget à l’Europe"…  

Les informateurs ont refusé de commenter les différentes idées apparues depuis le 6 juin, idées notamment de "gouvernement minoritaire" sauce Magnette ou Ecolo. Aucun commentaire non plus sur les exclusives des uns et des autres, et sur le fait notamment qu’elles se maintiennent en petit comité, lors des consultations avec les informateurs. Juste cette phrase sibylline de Johan Vande Lanotte reprenant "Le Petit Prince" de Saint-Exupéry : style "les choses ne sont pas toujours ce qu’elles paraissent", à l’image d’un dessin d'"un éléphant qu’un boa est un train de digérer"

Sur les chances de réussite de leur mission, autre commentaire de Johan Vande Lanotte : "Point n’est nécessaire d’espérer pour entreprendre". Là où son collègue MR disait, lui, qu'il avait le "sentiment qu'il y avait encore la capacité de progresser dans les discussions". Des discussions à venir encore d'abord parti par parti, pas de bilatérales prévues dans l'immédiat.

Didier Reynders a en outre précisé que s'il devait au final être désigné nouveua secrétaire général du conseil de l'Europe le 26 juin, il poursuivrait sa mission d'informateur royal jusqu'à son terme, la prise de fonction à Strasbourg n'ayant lieu qu'en septembre ou octobre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK