"Les hommes oseraient beaucoup plus demander le congé de paternité s'il était obligatoire"

Ikea France va offrir 5 semaines de congé de paternité à ses employés, cette possibilité n'existe pas pour l'instant dans la filiale belge du géant de l'ameublement. En juillet dernier, c'était la société Jansen Pharmaceutica qui décidait d'offrir 2 mois de congés de paternité à ses milliers d'employés en Belgique. La semaine dernière, Microsoft Belgique embrayait : 5 semaines de congé de paternité au lieu des 10 jours légaux. Mais on est loin d'une tendance de fond, explique Sophie Sine, de la FEB (Fédération des entreprises de Belgique: "Il y a quelques entreprises dont on entend parler, mais ce n'est pas un signal qu'on reçoit de beaucoup d'entreprises".

Si certaines grosses entreprises peuvent éventuellement se permettre ce geste pour les papas, ce n'est pas le cas des PME, ajoute la FEB. D'autant qu'il existe déjà plusieurs formes de congés pour privilégier l'implication du père dans la vie familiale et qu'elles ne rencontrent pas un grand succès. "Si on offre cette possibilité aux hommes, il faut encore qu'ils la prennent. Et plus encore changer les mentalités" poursuit Sophie Sine.

Pour changer les mentalités, c'est sur le congé de paternité actuel qu'il faudrait agir, selon Françoise Goffinet, de l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes : "Avant de l'allonger, je pense qu'il faudrait le rendre obligatoire pour contribuer à faire avancer les mentalités. Et les hommes oseraient beaucoup plus demander le congé de paternité s'il était obligatoire".

Selon un récent baromètre de la Ligue de familles, deux pères sur trois aimeraient d'ailleurs qu'il soit obligatoire.

En Europe, c'est la Norvège qui permet d'avoir le plus de congés paternité

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK