Les germanophones veulent avoir la maîtrise des compétences régionales

Karl-Heinz Lambertz
Karl-Heinz Lambertz - © Archive ERIC LALMAND - BELGA

Le ministre-président de la Communauté germanophone Karl-Heinz Lambertz se montre ambitieux pour l'entité qu'il dirige. Il veut que sa communauté soit reconnue comme la quatrième entité fédérée de la Belgique.

Karl-Heinz Lambertz l'avait déjà dit, il est partisan d'un Etat fédéral composé de 4 entité: Flandre, Bruxelles, Wallonie et la Communauté germanophone, déclare-t-il à l’Echo. C’est une vision aux antipodes de celle de la N-VA, qui préfère un face-à-face Flandre-Wallonie.

La Communauté germanophone fait aujourd'hui partie de la Région wallonne. Elle a été créée pour gérer l'enseignement, la culture et les matières personnalisables. Mais les germanophones réclament depuis longtemps déjà des compétences régionales à la Région wallonne : "Nous voulons avoir la maîtrise sur toutes les compétences régionales" dit même Karl-Heinz Lambertz.

La sixième réforme de l'Etat, qui renforce les Régions, lui sert de marchepied. Karl-Heinz Lambertz veut sortir de la province de liège et en récupérer les compétences. Il veut aussi prendre à la Région wallonne les compétences sur l'aménagement du territoire, l’urbanisme, le logement ou la loi communale.

Or la Wallonie a déjà transféré certaines compétences régionales aux Germanophones et elle pourrait encore le faire à l'avenir. Pas besoin pour cela d'une nouvelle réforme de l'État, dit Rudy Demotte. Le ministre-président wallon ne voit dans cette sortie de Karl Heinz Lambertz, qu'une déclaration de circonstance quelques jours avant la fête de la Communauté germanophone.

La communauté germanophone veut être sur le même pied que les autres entités. Veut-elle aussi changer de nom? Un nom plus percutant serait une bonne chose, mais ce n'est pas la priorité dit Karl-Heinz Lambertz.

 

Anina Meeus

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK