Les funérailles de Marie-Rose Morel, un évènement inconcevable en Wallonie

Les funérailles à Anvers
Les funérailles à Anvers - © RTBF

2500 personnes s'étaient réunies, à la cathédrale d'Anvers, pour célébrer la mémoire d'une star de l'extrême-droite.

En Wallonie, cette situation paraît inconcevable. Pourtant les flamands s'étaient épris de cette ancienne Miss Flandre. Il faut dire que depuis l'annonce de sa maladie, elle avait consciencieusement travaillé son image de femme courageuse, en relayant dans les médias sa lutte contre le cancer. 
Sur son site internet, elle tenait un journal quotidien sur l'évolution de sa maladie, tout en soutenant les thèses racistes du parti qu'elle a quitté mi-2010. Et la télévision publique lui offrait régulièrement des tribunes politiques pour parler d'elle. Il faut dire qu'au nord du pays, le cordon sanitaire médiatique a sauté depuis longtemps, et en Flandre, le Vlaams Belang est un parti comme les autres. C'est donc tout naturellement que ce matin, des hommes politiques de partis démocratiques assistaient aux obsèques, dont Léo Delcroix ancien ministre de Jean-Luc Dehaene, ou un Bart De Wever presque en larmes.

Car c'est De Wever qui l'a lancée en politique avec la Volksunie, avant qu'elle ne passe à l'extrême-droite. Mais contrairement à Bart De Wever, Marie-Rose Morel était une xénophobe pure et dure. Mais aujourd'hui à Anvers, tout cela semblait oublié. Aujourd'hui, la Flandre a rendu hommage à ce que les médias flamands appellent : "Une héroïne de la lutte contre le cancer". Sans toujours souligner que ce cancer a peut-être servi à renforcer médiatiquement ses idées d'extrême-droite.


Alexandre Mitea

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir