Les femmes sont majoritaires au Parlement islandais : et en Belgique ?

L’Islande devient le premier pays européen avec un nouveau Parlement dominé par les députées femmes : 33 sièges sur 63 dans le nouveau Parlement en Islande, soit 52,3% – le précédent record étant détenu jusque-là (selon les données de la Banque mondiale) par la Suède avec 47% de députées.

Et chez nous ? Selon les derniers chiffres publiés par le Bureau fédéral du Plan, en 2021, la part de femmes élues à la Chambre (Parlement fédéral) et dans les Parlements régionaux et communautaires en Belgique s’élevait à 41,4% du total des élus. Le nombre a certes bien évalué : c’était 29,6% en 2003, 32,68% en 2004, 32,7% en 2007, 39,6% en 2009, 41,3% en 2014, 41,7% en 2019 pour reprendre quelques-unes de nos dernières "grandes" années électorales. Nous sommes bien au-dessus de la moyenne européenne des 27 en cette année 2021 (41,4% chez nous contre 33,3% en UE) mais le progrès reste lent et faible. Et alors qu’un objectif de 50% a été fixé sur base de dispositions en Europe et aux Nations Unies, il semble bien, au regard de la tendance esquissée ces dernières années et depuis 2003, que cet objectif ne pourra pas être atteint…

Bruxelles, le plus féminisé

Si on analyse plus finement par Parlement chez nous – ce qui est parfois difficile car il y a eu des évolutions, des différences depuis les élections de 2019, des démissions, désistements, remplacements, faisant fluctuer certains pourcentages pour en arriver à la composition actuelle -, c’est le Parlement bruxellois qui est le plus "féminisé" avec un taux de 48,3% (43 députées sur un total de 89), suivi par le Vlaams Parlement 46,7% (58/124), la Chambre fédérale 42,6% (64/150), le Parlement wallon 37,3% (28/75), le Parlement germanophone 36% (9/25) et le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles 35,1% (33/94). A cela on pourrait ajouter qu’au Parlement européen la Belgique compte actuellement 7 députées sur 21 élus.

A noter que Groen, Ecolo et le sp.a sont les partis ayant globalement le plus de députées dans leurs élu(e) s.

Des lois

Ceci est notamment l’effet de modifications législatives concernant notamment la composition des listes électorales pour les différents niveaux de pouvoir. On peut citer le fait qu’en 1994, le Parlement fédéral a adopté un projet de loi interdisant aux partis de composer des listes électorales sur lesquelles figuraient plus de deux tiers de membres du même sexe. Appliqué à tous les niveaux de pouvoir entre 1999 et 2000, ce dispositif a été renforcé par le législateur en 2002, via une modification de la Constitution garantissant l’égalité des femmes et des hommes et organisant leur égal accès aux mandats électifs et publics.

Suite à la modification de la Constitution, plusieurs lois ont été adoptées pour imposer la parité hommes-femmes sur les listes de candidatures aux élections fédérales, européennes et régionales. Des lois qui ont imposé également l’alternance homme-femme aux deux premières places des listes. Autre changement, en 2019, pour l’élection des membres du Parlement wallon, l’alternance entre femmes et hommes concernait pour la première fois toutes les places des listes.

Islane: Parlement avec une majorité de femmes (JT 26/09/2021)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK