Les exclus des allocations d'insertion : 3210 Flamands, 13 500 Wallons

Au total, 19 958 Belges sont dans cette situation de fin de droits mais, selon l'Onem, 3000 d'entre eux devraient pouvoir prolonger leur chômage pour raison de santé ou pour avoir entamé un trajet d'accompagnement. L'Office note ainsi que 1835 nouveaux trajets d'accompagnement ont été communiqués depuis fin décembre 2014. L'impact effectif de la limitation des allocations de chômage ne sera cependant connu qu'en février, souligne l'Onem.

Serge Baert, conseiller général à la direction de la réglementation du chômage pour l'ONEM, tient à préciser qu’il ne s’agit pas vraiment de personnes exclues du chômage, mais bien de celles qui, suites aux mesures prises par le gouvernement précédent, cessent de recevoir des allocations d’insertion : "On parle de personnes qui sont admises aux allocations sur base de leurs études, pour lesquelles la réglementation prévoit, depuis le 1er janvier 2012, une limitation dans le temps de leur droit aux allocations. On indemnise chaque année environ 100 000 jeunes en allocations d’insertion".

Inexorablement

Ce qui frappe c'est la comparaison entre les Régions : 5 fois moins d'exclusions en Flandre qu’en Wallonie : "Cela s’explique très simplement. Les allocataires d’insertion sont majoritairement en Wallonie (68% en Wallonie contre 22% en Flandre). En outre, la durée de chômage des jeunes est plus longue en Wallonie qu’en Flandre. Inexorablement, les chômeurs wallons admis sur base de leurs études arrivent plus vite en fin de droit".

Le système belge, où on peut avoir droit à des allocations, alors que l’on n’a pas travaillé, ni cotisé à la sécurité sociale, est quasiment unique en Europe, précise encore Serge Baert : "Cette durée de trois ans, qui peut paraître très courte, correspond, dans la plupart des autres pays d’Europe, à la durée maximale d’octroi d’allocations de chômage, sur base du travail. En Belgique, si vous avez travaillé, vous avez droit aux allocations de chômage à durée indéterminée".

A.L. avec N. Maleux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK