Feu presque vert pour l'envoi de six F16 belges pour combattre l'EI

Six F16 belges opéreront en Irak depuis la Jordanie pour combattre l'EI
2 images
Six F16 belges opéreront en Irak depuis la Jordanie pour combattre l'EI - © Tous droits réservés

C'est pratiquement officiel, six avions de combat F-16 belges seront bien engagés dans la coalition qui lutte contre l'Etat Islamique en Irak (mais pas en Syrie). Le Conseil ministériel restreint a donné son accord mercredi, à l'issue d'une procédure électronique et les commissions réunies des relations extérieures de la Chambre, on approuvé cette décision. Il ne reste plus qu'a procéder à un vote à la Chambre en séance plénière ce vendredi. Les avions opéreront depuis la Jordanie, un des partenaires arabes des Etats-Unis dans le conflit. La même journée, les Pays-Bas annonçaient, eux aussi, engager six F-16

Deux commissions de la Chambre, (Relations extérieures et Défense), ont approuvé mercredi en fin d'après-midi à une large majorité une résolution autorisant le gouvernement à engager six F-16 belges contre les jihadistes de l'Etat islamique (EI) en Irak.Cette résolution a été adoptée par 25 voix pour, aucune contre et deux absentions de la part du groupe Ecolo/Groen. Elle doit maintenant être discutée et faire l'objet d'un vote vendredi en séance plénière de la Chambre.

Cette décision fait suite à une demande formelle de Washington adressée mardi au Premier ministre Elio Di Rupo - actuellement à New York pour l'Assemblée générale de l'ONU - par l'ambassadrice des Etats-Unis à Bruxelles, Denise Campbell Bauer, a pour sa part indiqué le chef de la diplomatie, Didier Reynders, devant les députés.

Ces avions pourront être mobilisés après le feu vert du parlement. Le Premier ministre Elio Di Rupo avait confirmé depuis New York que les Etats-Unis avaient demandé officiellement à la Belgique de prendre part à l'intervention militaire contre l'Etat Islamique. 

A la question de savoir si nos F16 participerait aux frappes, le Premier ministre restait pourtant évasif mercredi matin. "Il est trop tôt pour dire quelle forme cela peut prendre, comment les choses vont se dérouler", disait-il en précisant que "c'est une coalition d'alliés qui assurera un commandement unique".

Feu vert de la Chambre dès cette semaine?

Etant en affaires courantes le gouvernement  va maintenant solliciter le feu vert du Parlement pour lancer l'opération.

L'engagement opérationnel des F-16 sera limité au territoire irakien, a assuré M. Reynders, en invoquant comme base juridique la demande de soutien formulée par le gouvernement de Bagdad et la réunion vendredi dernier du Conseil de sécurité de l'ONU qui a exhorté la communauté internationale à "renforcer et étendre" son soutien à l'Irak dans sa lutte contre l'EI (ou "Daech" en arabe). La durée initiale du déploiement de six F-16 dans un pays voisin de l'Irak est d'un mois. Mais cette opération pourrait être prolongée après une évaluation, a indiqué le ministre de la Défense.

Le texte évoque également le déploiement de trois équipes des forces spéciales, composées de 35 soldats, qui pourraient former et assister les forces irakiennes ou les Peshmergas kurdes.

La résolution de la commission demande aussi au gouvernement de prendre des mesures pour assurer la sécurité intérieur en Belgique contre tout risque d'attentat. La séance des commissions doit permettre de discuter le texte de la résolution, avant un vote.

Approbation pratiquement acquise

L'option d'une participation à l'intervention militaire bénéficie d'un marge soutien sur l'échiquier politique. S'il reste encore des questions sur le cadre de la mission, son approbation ne fait guère de doute. Les partis de la future suédoise y sont favorables, tout comme les socialistes dans l'opposition.

Des bombardements "si nécessaire"

Le ministre de la Défense Pieter De Crem déclare quant à lui que ces F16 serviront pour "des missions pour lesquelles nous seront actifs sur le terrain, et consisteront en des bombardements si nécessaire".

Selon Pieter De Crem, les F-16 sont équipés pour effectuer des bombardements et travailleront sous les ordres d'un commandement central au sein de la coalition menée par Washington ("coalition of the willing").

Dans une première phase, 120 militaires belges partiront vers la Jordanie. Outre les pilotes des F-16, il s'agira de personnel d'encadrement et d'entretien. Les militaires sont en mesure de partir aussitôt la décision du parlement prise, a encore dit Pieter De Crem.

Les Pays-Bas vont engager six F-16 pour la lutte contre l'EI

En fin de journée, on apprenait que le gouvernement néerlandais allait mettre six avions de combat F-16 et un maximum de 250 militaires à disposition de la coalition internationale mise en place pour lutter contre le groupe jihadiste .

Ju. Vl. avec Anina Meuus et Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK