Les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles entrent en code orange "adapté" : le présentiel des élèves reste la règle

Ce mercredi, à la suite d’une nouvelle réunion entre les acteurs de l’enseignement et la ministre Caroline Désir, il a été décidé que toutes les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles passeront dès demain du code jaune actuel au code orange (propagation "systématique" du virus). Ce code orange est toutefois adapté par rapport à ce qui a été annoncé précédemment, avant la rentrée scolaire de septembre. Adapté pour assurer le présentiel des élèves à 100% dans le secondaire comme dans le primaire tout en garantissant la sécurité de chacun. Une circulaire doit être transmise aux directions (et au commissaire coronavirus) ce mercredi soir ou ce jeudi pour leur permettre de mettre en place ce nouveau dispositif dès que possible. 

Ce passage en code orange se fait "sous réserve de ce qui sera décidé en comité de concertation vendredi", précise la ministre Caroline Désir. 

Lundi soir, le ministre flamand de l'Enseignement, Ben Weyts (N-VA), avait déjà annoncé que l'ensemble des écoles sur le territoire flamand passaient en code orange  d'ici les vacances de Toussaint au plus tard. 

Présentiel à 100% pour tous les élèves

Au départ, ce code orange signifiait que les classes de secondaire seraient scindées en deux et que les cours se donneraient en alternance à domicile et dans les écoles, semaine par semaine, et ce, à la seule destination des élèves du second et du troisième cycles de secondaire. Mais aujourd’hui, ce code est donc adapté. "Le contexte est tout à fait différent. Aujourd'hui, la propagation du virus s'est accélérée et on a un peu de recul grâce aux études qui ont été faites", justifie la ministre de l'Enseignement. Le présentiel reste la règle pour tous les élèves du secondaire comme du primaire. "Les chiffres montrent que les contaminations dans l'enseignement fondamental sont peu nombreuses", indique Caroline Désir. "Les contaminations qui ont lieu au sein de l'école sont de 17%. Cela reste faible. Le port du masque fonctionne bien". C'est pourquoi il a été décidé de permettre aux écoles de rester un maximum ouvertes.  

Basculements en mode hybride possibles 

Pour ce qui est de l'enseignement à partir de la troisième secondaire, un basculement en mode hybride, à savoir une alternance entre du présentiel et les cours à distance devient possible s'il manque trop de professeurs. Une hybridation décidée au cas par cas qui peut toucher certains élèves, une classe voire même toute une école en fonction du nombre de malades au sein du corps enseignant et des élèves. Cette décision doit se prendre en concertation avec les pouvoirs organisateurs. L'enseignement à distance ne pourra alors durer que deux semaines maximum, toutefois renouvelables. Pour cela, l'école doit également pouvoir garantir aux élèves l'accès au matériel adéquat.  

La ministre a donc décidé d'annuler le caractère automatique de cette hybridation en code orange. Il ne s'agit plus de fixer la moitié du temps en présentiel et l'autre en cours à distance mais de travailler selon la réalité de chaque école : "On a vraiment voulu un système le plus flexible possible parce que nous avons voulu répondre à une diversité totale des situations sur le terrain. L'hybridation réellement, on la réserve aux années à partir de la troisième secondaire". Pour le reste des années, cela peut néanmoins visiblement aussi se discuter. 

L’entrée en application du code orange se fera officiellement dès demain. Mais un temps d'adaptation est accordé aux directions pour s'organiser jusqu'à la fin du congé de Toussaint. 

Mesures sanitaires renforcées

Le mesures de sécurité sanitaires au sein des établissements scolaires sont renforcées. Le port du masque est obligatoire en salle des professeurs comme en cour de récréation. Les cours de gymnastique et de piscine sont maintenus mais le port du masque devient obligatoire dans les vestiaires. Les sports de contacts sont à éviter. Par contre, rien ne change concernant les règles à la cantine. Des repas y seront toujours servis. De plus, l'aération des classes devra se faire plus souvent, indique la ministre. Les activités extra-scolaires sont toujours permises si le respect de règles sanitaires peut être garanti.  

Adaptation aussi du scénario en code rouge

Le code rouge sera lui aussi adapté. Pour le deuxième, troisième et quatrième degré, l'hybridation sera toujours étudiée au cas par cas par les directions et les pouvoirs organisateurs. En cas de code rouge, les cantines seront par contre fermées. 

 

Depuis la rentrée de septembre, l'ensemble des écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles étaient en code jaune (appliqué en cas de propagation "limitée" du virus). Ce code jaune prévoyait un enseignement en présentiel pour tous les élèves de primaire et de secondaire, cinq jours par semaine moyennant certaines mesures de sécurité sanitaire (port du masque en secondaire, désinfection régulière des mains,...).

Suite aux dernières décisions prises par le Comité de concertation, diverses concertations avaient été lancées avec les experts sanitaires, entre ministres de l'Education ainsi qu'avec les acteurs de l'école pour étudier une éventuelle adaptation des scénarios sanitaires appliqués dans les écoles. 

La semaine dernière, en concertation avec les acteurs de l’enseignement, la ministre Caroline Désir avait également annoncé prolonger le congé de Toussaint de deux jours pour donner une bulle d’air aux enseignants et aux directions d’écoles. A cette mesure s'ajoute donc aujourd'hui ce passage au code orange "adapté". 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK