"Les deux arguments phares en faveur du nucléaire sont en train de tomber"

François Gemenne, spécialiste des questions de géopolitique de l'environnement.
François Gemenne, spécialiste des questions de géopolitique de l'environnement. - © Tous droits réservés

L'annonce de l'arrêt de six réacteurs nucléaires en novembre en Belgique met la ministre fédérale de l'énergie, Marie-Christine Marghem dans une mauvaise posture. Marie-Christine Marghem rejette quant à elle la faute sur Engie ElectrabelUne personne sous couvert d'anonymat confirme en indiquent qu'Engie Electrabel a laissé ses centrales nucléaires se dégrader.

François Gemenne, spécialiste des questions de géopolitique de l'environnement, analyse la situation : "C’est certain que quand on voit les autres accidents nucléaires qui ont pu se produire, aux États-Unis déjà en 1969 avec l’incident de Three Mile Island, puis Tchernobyl et bien sûr Fukushima, on se dit que mécaniquement et potentiellement le prochain accident aura lieu en Europe." Selon lui, Marie-Christine Marghem devait rester ministre: "C’est celle qui va réaliser la sortie du nucléaire bien avant 2025 et ç’aurait été sans doute la ministre la plus efficace pour réaliser la sortie du nucléaire décidée en 2003", plaisante-t-il.

Selon le spécialiste, le problème est qu’on sent qu’effectivement ce dossier n’est pas vraiment piloté : "On est toujours un peu le nez dans le guidon à devoir réagir toujours dans une logique de crise, ce qui est assez catastrophique quand on gère la question de l’énergie nucléaire, qui demande vraiment une planification à long terme."

Il ajoute aussi que c’est sans doute dans l’intérêt d'Engie Electrabel de sortir du nucléaire: "Il faut se rendre compte que le démantèlement des centrales nucléaires, c’est 20 ans de travaux et donc 20 ans de business garanti sans avoir — si vous me passez l’expression — les ennuis liés au nucléaire."

Pour lui, l’énergie nucléaire perd ses deux principales qualités : la sécurité d’approvisionnement et le coût très faible. Il conclut: "On va avoir des prix d’électricité qui vont être quasiment trois fois supérieurs à la moyenne européenne. Les deux arguments phares en faveur du nucléaire sont donc en train de tomber l’un après l’autre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK