Dès le 1er juillet les détenus n'auront plus droit aux indemnités maladies

Cette mesure permettra une économie de 3 millions d'euros pour 2015 et de 6 millions pour 2016.
2 images
Cette mesure permettra une économie de 3 millions d'euros pour 2015 et de 6 millions pour 2016. - © MICHEL KRAKOWSKI - BELGA

Une nouvelle mesure d'économie a été actée ce vendredi par le conseil des ministres. Elle vise les détenus : la ministre de la Santé Maggie De Block a proposé de supprimer les indemnités de maladie et d'invalidité pendant la durée de la détention. La ministre OpenVld a été entendue et cette mesure entrera en vigueur très vite, dès le 1er juillet prochain.

1600 détenus sur les 12 000 prisonniers belges perçoivent aujourd'hui des indemnités de maladie et d'invalidité. Mais ces indemnités vont bientôt être supprimées pendant la détention. C'est ce que veut Maggie De Block, qui a été suivie par tout le gouvernement. Il s'agit clairement d'une mesure d'économie : 3 millions d'euros pour 2015, puis 6 millions pour 2016.

Pour la ministre de la Santé, cette mesure est logique : tous les revenus de remplacement sont suspendus dès l'entrée en prison, qu'il s'agisse d'allocations de chômage ou du revenu minimum d'intégration alloué par les CPAS. Alors pourquoi cette exception pour les indemnités de maladie et d'invalidité ? N'empêche qu'il aura quand même fallu convaincre le CD&V, inquiet des effets économiques de cette suppression sur les familles des détenus.

L'Observatoire des prisons et la Ligue des droits de l'Homme ne regardent pas les choses de la même manière. Ils y voient une politique à court terme, des économies de bouts de chandelle aux dépens d'une population déjà précarisée. Il est aberrant pour le monde associatif de supprimer le droit à la sécurité sociale des détenus. La couverture sociale des détenus devrait d'ailleurs selon eux être largement revue.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK